Accueil Évènement Les enseignants mobilisés

Education - Sit-in et marche de la corporation

Les enseignants mobilisés

85

L’appel de l’intersyndicale du secteur de l’éducation à un sit-in suivi d’une marche pacifique a été un franc succès. En effet, des milliers d’enseignants, de directeurs, de proviseurs et de travailleurs du secteur de l’éducation ont répondu à l’appel à la grève. 10 heures tapante, une marrée humaine s’est regroupée devant la direction de l’éducation.

Il est très difficile d’évaluer le nombre exact, mais on peut parler aisément de plusieurs milliers de personnes. Plusieurs banderoles étaient brandies pour réclamer le départ du système et du clan présidentiel. «Les mesures prises par Bouteflika ne répondent pas aux attentes du peuple algérien et encore moins aux attentes des travailleurs et professionnels du secteur de l’éducation. Le peuple demande le départ du Président et du système dans sa totalité.

Nous ne voulons pas de demi-mesures qui ne feront que pérenniser ce système qui a pris en otage la terre et son peuple depuis 1962. Nous refusons et rejetons catégoriquement les décisions en trompe-l’œil. Le report de l’élection présidentielle et l’organisation d’une conférence par les tenants du pouvoir nous renverront à la case départ. Nous voulons l’instauration d’une deuxième République démocratique à travers une période de transition et une assemblée constituante qui aura à poser les premiers fondements et jalons d’une République libre et démocratique», a fait savoir un des syndicalistes.

À signaler que les enseignants et enseignantes présents en force ont scandé plusieurs slogans, entre autres, «Les enseignants engagés, le système dégage», «Non au prolongement du 4e mandat», «Djazaïr houra dimocratia», «Assa azeka l’Algérie tella tella», «Kabylie chouhada», «Silmya silmya», «Oui pour la légitimité populaire», en plus du slogan qui revient à chaque fois «Y en a marre de ce pouvoir», sans oublier l’autre slogan «Jeunesse au pouvoir et système au dépotoir».

Vers 11 heures, une véritable marrée humaine s’est ébranlée vers la placette de l’ancienne mairie. Tout au long du trajet, des voix s’élevèrent appelant tantôt au départ du système, tantôt à l’arrêt du prolongement du 4e mandat. Les enseignants ont observé plusieurs arrêts notamment au niveau des ronds points pour scander, haut et fort, des slogans hostiles au pouvoir en place.

Au niveau de la placette de l’ancienne mairie, les enseignants ont été rejoints par un groupe d’avocats qui, eux aussi, ont brandi leur slogan phare «Les avocats engagés, le système dégage». Les manifestants et les marcheurs du secteur de l’éducation sont déterminés à poursuivre le combat jusqu’à l’aboutissement du rêve du peuple algérien. «Non à la ruse de Bouteflika qui renonce à un 5e mandat mais qui se maintient d’une manière anticonstitutionnelle au pouvoir et prolonge le 4e mandat.

Les réformes promises depuis 20 ans ne sont jamais concrétisées, comment va-t-il le faire en quelques mois ? Lamamra, Bedoui et Brahimi sont partie intégrante du système qui a ruiné le pays et l’a conduit au chao. Ces gens sont tout bonnement des imposteurs, des usurpateurs, nous leur demandons simplement de partir et nous rendre notre pays», appelleront plusieurs enseignants.

À signaler que les enseignants ont été rejoints également par les étudiants de l’université Mouloud Mammeri qui, eux aussi, ont organisé une marche grandiose pour rejeter aussi le prolongement du 4e mandat et les décisions prises par le Président «sortant». À rappeler que les marcheurs ont appelé la population à marcher massivement et pacifiquement, demain vendredi, pour le départ définitif du système.

Hocine Taib