Accueil Évènement Les habitants de Bouakache ferment la mairie

Aïn Zaouia

Les habitants de Bouakache ferment la mairie

62

Hier, à partir de huit heures, des habitants du village Bouakache, dans le versant de Boumahni, ont fermé la mairie après avoir invité les fonctionnaires à quitter les lieux. Par cette action de contestation, les villageois dénoncent «le non respect des engagements» des responsables locaux concernant les projets retenus au profit de leur village, «traînant pour certains et n’avançant pas d’autres». Les opérations programmées concernent l’assainissement, le bitumage du chemin à Tansaout et le dallage d’un autre accès. Sur le portail, ont été accrochées des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «On en a ras-le-bol des promesses» ou encore «La mairie fermée par Tadart n’Bouakache». Les protestataires, exigeant des interventions concrètes sur le terrain, ont refusé de déléguer des représentants pour discuter avec les responsables locaux, «car, sont-ils convaincus, ces derniers leur donneront encore de fausses promesses».

Pour en savoir plus, nous avons pris attache avec le maire, Ali Amrani, qui dira à ce propos : «Il y a trois projets retenus au profit de cette localité. Le premier concerne l’assainissement sur 400 mètres linéaires, le 2e porte sur le revêtement en béton bitumineux d’un tronçon de route et, enfin, le troisième a trait au dallage d’un chemin sur 200 mètres. Les préoccupations de ces villageois sont prises en charge. Seulement, cela ne dépend pas de notre volonté quand on sait qu’aujourd’hui, il est pratiquement impossible de dénicher une entreprise avec la situation qui prévaut dans le pays». Et de préciser : «L’entreprise chargée de la réalisation du réseau d’assainissement est sur place et elle travaille. S’agissant du dallage, le gravier zéro quarante a été déjà étalé.

L’entreprise va lancer incessamment le bétonnage». Au sujet du revêtement en béton bitumineux, le maire fait savoir que cette opération a été inscrite en 2013 : «D’abord, je rappellerai qu’une entreprise avait déjà réalisé des travaux d’élargissement et de nettoyage. Celle-ci est partie sans que le bitumage ne soit effectué. Une situation qui a induit la dégradation du tronçon des travaux effectués. Par ailleurs, je signale que l’argent accordé pour la concrétisation de ce projet, en 2013, ne suffit plus pour achever les travaux.

Cela dit, lors de mon déplacement sur les lieux, en compagnie du chef de daïra de Draâ El-Mizan, je me suis engagé à prendre le reste en charge, surtout qu’il n’échappe à personne que les entreprises de travaux publics sont confrontées aujourd’hui à un manque de matériaux, dont le bitume», poursuit-il. «En dépit de tous ces aléas, confie encore interlocuteur, une entreprise de Oued Souf est retenue pour concrétiser ce projet. D’ailleurs, pas plus loin qu’avant-hier, elle a déjà commencé le travail en ramenant une quantité de gravier suffisante pour cette opération, en attendant l’acheminement de son matériel». Le maire rassure, à ce titre, que l’entreprise s’est engagée à mener à terme ce projet.

Dans l’après-midi, les protestataires étaient toujours devant la mairie et dans la cour adjacente. Il est à rappeler que jeudi dernier, c’étaient les habitants du douar de Boumahni qui avaient fermé le siège de l’APC, exigeant le bitumage du chemin communal qui mène à leur douar. Un accès fortement délabré, notamment sur la section la Cité Michel – Tizi-Ameur, en passant par Ifarhatène. Les mêmes villageois réclamaient aussi une collecte régulière des ordures ménagères.

Amar Ouramdane