Accueil A la une Les habitants de Sanana pressent le maire

Tizi Ghennif

Les habitants de Sanana pressent le maire

202

Le siège de l’APC a été fermé, avant-hier, par les habitants du village Sanana, qui sont revenus à la charge, après avoir déjà entamé de nombreuses démarches pour faire valoir leurs doléances. «C’est une décision qui a été prise par le Comité de village, car la patience a quand même des limites. La décision d’exprimer notre colère aux responsables locaux s’est fait de manière sporadique. Elle a été décidée le matin même», a expliqué Ali Belarif, président du Comité de village. Et d’ajouter : «Dans un laps de temps très court, des dizaines de véhicules ont pris le chemin vers le siège de l’APC.» «Exaspérés par les promesses non tenues», les villageois ont fermé la mairie durant deux heures. Ensuite, ils ont été reçus par le P/APC et ses adjoints pour tenter d’atténuer un tant soit peu leur colère.

Interrogé sur leurs revendications, Ali Belarif a exposé les points suivants : «Il s’agit de l’eau potable, de l’assainissement, de la route menant au village et de l’état de notre école primaire. Certains de ces problèmes ont été même discutés à la wilaya, en présence du maire et du chef de daïra mais ils demeurent sans suite.» Concernant le problème d’eau potable dont souffrent les habitants de Sanana depuis des années, les représentants du village ont été rassurés qu’en principe, hier, les réparations allaient commencer. «Nous avons accepté de libérer les lieux à condition que les responsables tiennent leurs promesses parce que ces problèmes ne datent pas de 2017 à leur arrivée à la tête de l’APC, mais sont antérieurs.

C’est notre plein droit de les poser de nouveau parce que leurs prédécesseurs ont fuit leurs responsabilités», a estimé notre interlocuteur. Il est à noter que dernièrement, les parents d’élèves du village ont fermé l’école primaire pour dénoncer son état. D’ailleurs, quelques petits travaux ont été lancés dans cet établissement à l’exemple de la clôture du côté bas. Par ailleurs, pour en savoir un peu plus sur les problèmes rencontrés par la population de Sanana, on a pris attache avec Djamel Mahmoud, le maire. «Il est vrai que dans toute la commune, le manque d’eau se fait sentir. La distribution normale de cette denrée est perturbée à cause, notamment, des grosses fuites sur les réseaux.

D’ailleurs, ce problème a été soulevé, au wali. Dans le village, il y a également de nombreux branchements anarchiques. D’ailleurs, nous avons effectué, avant-hier, une sortie sur le terrain, où les problèmes ont été répertoriés pour procéder à des réparations. Aussi, une entreprise a été retenue pour entamer les travaux sur le chemin de D’Hous. D’autres seront pris en charge dans le cadre des PCD», a indiqué l’édile communal.
Amar Ouramdane