Accueil Évènement Les habitants en sit-in devant la wilaya

BOUMERDES - Chalets Guedouari

Les habitants en sit-in devant la wilaya

137

Les dizaines d’habitants des chalets Guedouari (Cassio) dans la commune de Corso ont observé, dimanche, un sit-in devant le siège de la wilaya de Boumerdès pour réclamer leur relogement. Cette action de protestation a été enclenchée au lendemain des pluies qui se sont abattues sur la région et ont inondé tout le site, bloquant les habitants dans leurs chalets.

Il est à rappeler que les concernés sont logés dans ces baraques dépourvues de toutes commodités depuis le séisme de 2003. Vivant dans des conditions misérables, à chaque chute de pluie, leurs chalets sont tellement inondés qu’ils deviennent inhabitables. «Nous avons vécu un drame, le 11 janvier dernier, suite aux pluies ininterrompues qui se sont abattues», a indiqué un manifestant qui n’a pas caché sa colère quant au retard mis pour leur relogement. Et d’ajouter : «Nous vivons à six à l’intérieur d’un chalet dégradé, dont la toiture laisse passer l’eau de pluie telle une passoire. Quand il pleut, on ne dort pas toute la nuit.»

Les manifestants se sont aussi interrogés sur l’arrêt des opérations de relogement touchant les habitants des chalets depuis plus d’un an. «On a promis de nous reloger au nouveau pôle urbain de Benmerzouga, mais cela ne s’est pas fait», a ajouté un père de famille, tout en dénonçant les conditions qui prévalent dans son habitation et qui ont provoqué des maladies à ses enfants. «La durée de vie des chalets a expiré, selon l’étude sociale menée en 2011.

Malgré cela, nous continuons à les occuper sans qu’aucun responsable daigne nous reloger, alors que les logements poussent comme des champignons», a lancé un autre manifestant. Par ailleurs, il convient de rappeler que le projet de pas moins de 3 500 logements sociaux promotionnels à travers la wilaya est à l’arrêt et que des démarches pour relancer les chantiers ont été entreprises par les responsables concernés. En fin d’après-midi, les manifestants occupaient toujours les lieux.

Z. Youcef