Accueil A la une «L’ONM réclame la dissolution du FLN»

Ben El-Hadj

«L’ONM réclame la dissolution du FLN»

363

L’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) a réitéré son appel à dissoudre le parti du Front de libération nationale (FLN) qui continue d’utiliser «frauduleusement» l’un des symboles des constantes nationales.

En effet, dans une longue vidéo interne diffusée, hier, par l’Organisation, son secrétaire général par intérim, Mohand-Ouamar Ben El-Hadj, a insisté pour dissoudre le FLN. «Nous avons beaucoup parlé sur le FLN, nous avons déjà demandé depuis un certain temps, et nous continuons à le faire, pour que le sigle Front de libération nationale soit banni», a déclaré le chef intérimaire de l’ONM.

Ben El-Hadj est également revenu sur plusieurs questions nationales à la veille de la célébration du double anniversaire du 20 août 1955 et du 20 août 1956. Le FLN «n’a plus sa raison d’être, et ce n’est pas la peine de rabâcher sur la question, car c’est au Gouvernement de le dissoudre, ayant lui seul les prérogatives de le faire», a-t-il martelé.

Pour le secrétaire général par intérim de l’Organisation nationale des moudjahidine, les lois régissant les partis politiques sont entre les mains du ministère de l’Intérieur : «Le sigle FLN n’est pas conforme à la loi 2012 qui interdit l’utilisation des symboles nationaux par les partis politiques et laisse faire. C’est comme laisser créer un parti qui sera dénommé PPA ou PCA, par exemple», a-t-il tenté d’expliquer. Il convient de rappeler que le bannissement tant revendiqué par cette organisation du sigle FLN ne date pas d’aujourd’hui, a tenu à préciser Ben El-Hadj, qui a indiqué que «le sigle FLN est définitivement banni de notre conscience».

Et de conseiller aux dirigeants du parti de «lui donner un autre nom ou un autre qualificatif, ils sont libres de le faire», «pourvu, a-t-il poursuivi, que le FLN soit dissout». Hier, le Front de libération nationale n’a pas tardé à répondre aux déclarations du SG de l’ONM, mais d’une manière très peu loquace puisque, au lieu d’une déclaration, il s’est plutôt attaqué dans sa page officielle Facebook au ministère des Moudjahidine via un sondage lancé à 12h30, dont la question est «faut-il dissoudre le ministère des Moudjahidine».
M. A. T.