Accueil Évènement Mihoubi plébiscité secrétaire général par intérim

RND - Session extraordinaire du Conseil national, hier

Mihoubi plébiscité secrétaire général par intérim

118

L’ancien ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, a été plébiscité, hier, secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique, lors d’une session extraordinaire du Conseil national du parti.

Mihoubi devra gérer les affaires courantes de la formation politique, créée, pour rappel, en 1997 par feu Abdelhak Benhamouda, ancien secrétaire général de l’UGTA, assassiné à Alger la même année. L’ancien ministre de la Culture prend ainsi la place, provisoirement, de l’ancien SG du RND et ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, incarcéré à la prison d’El-Harrach pour «des affaires de corruption».

Prévue le 6 juillet dernier, la session extraordinaire du RND devant désigner le remplaçant d’Ouyahia a été reportée afin de «permettre à la direction la bonne préparation de ses travaux». Il faut dire que la formation dirigée pendant plus de 20 ans par Ahmed Ouyahia a vécu des tumultes et des moments houleux au lendemain de la résurgence du mouvement populaire appelant au changement radical du système politique et au départ de l’ensemble de ses représentants, le 22 février dernier.

Des frondes qui ont été menées par le bras droit d’Ouyahia et porte-parole du parti, Seddik Chihab. Mais pas que, car au sein de ce parti, les courants divergeant couvaient depuis plusieurs années, ne manquant que le courage d’affronter l’ancien homme fort du RND, Ahmed Ouyahia. La mise sous mandat de dépôt, prononcée au moins deux fois par les juges instructeurs des tribunaux, a contraint les membres du Conseil national de déclarer le poste du Secrétaire général vacant et de désigner un intérimaire en attendant l’élection d’un nouveau SG lors d’un congrès électif, dont les dates ne sont pas encore définies. Hier, lors de son plébiscite, Azeddine Mihoubi a promis d’ériger le parti en «véritable pôle politique jouissant de la confiance du peuple».

Et pour ce faire, Mihoubi semble s’arc-bouter sur «une nouvelle génération de cadres» et «la mise à profit des expériences des anciens cadres». Le nouveau SG intérimaire du RND n’a pas manqué, par ailleurs, de déclarer le soutien du parti au commandement de l’ANP dans ses positions vis-à-vis du mouvement populaire, «à la lumière de la conjoncture exceptionnelle que vit le pays».

Concernant la position du parti vis-à-vis de la crise politique, Mihoubi a appelé à «l’adhésion de toutes les forces à un dialogue national qui servira de plate-forme pour l’édification de l’Algérie rêvée par tous». Le RND, selon Mihoubi, va, lui aussi, proposer une initiative qui «se croise avec les autres initiatives», manière de mettre son grain de sel à la vie politique marquée par des incertitudes quant au rôle et l’opportunité de certaines formations politiques sur la scène actuelle qui ne laissent plus place aux autres formations politiques.

Le SG intérimaire du RND a, à ce propos, nuancé son discours, en soutenant que «le parti appuie l’agenda du citoyen et non ceux ayant opté pour des cadres illégaux et inconstitutionnels», sans toute fois préciser quels sont ces citoyens que le RND compte, désormais, soutenir. Pour Mihoubi, «il y a ceux qui jouent la carte du peuple et s’érigent en son tuteur, alors que le peuple est le seul qui accorde la légitimité».
M. A. T.