Accueil Évènement Nouvelle marche pour la libération des détenus

M’Chedallah

Nouvelle marche pour la libération des détenus

144

Les citoyens d’Aghbalou, Chorfa, Raffour, Ath Mansour, Ahnif, Saharidj et M’Chedallah ont organisé une grandiose marche hier pour exiger la libération des détenus et réaffirmer le rejet de l’élection de jeudi. A Raffour, la ville était entièrement paralysée dès les premières heures de la matinée et l’ensemble des commerces avaient baissé rideau. Les cafétérias, les kiosques multiservices, les épiceries et les boulangeries ont aussi fermé de manière spontanée.

Quant aux citoyens, ils ont commencé à se regrouper au niveau de la place publique, qui se remplissait au fur et à mesure. Ainsi, des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «Libérez les détenus d’opinion», «Ulac l’vot ulac», «Pour une transition démocratique» avec, en évidence, les portraits de Bouregaâ, Tabou, Messouci, Alloune, Khellaf Messaoudi et d’autres détenus, étaient portées par les manifestants. Plusieurs d’entre eux brandissaient également des pancartes où il était mentionné «Libérez la nation !», «Libérez l’avenir de nos enfants et l’espoir de l’Algérie !»

Tout le long de l’itinéraire de la marche, sur le boulevard principal, les marcheurs ont continué à scander des slogans hostiles au pouvoir et contre l’élection du 12 décembre : «Ulac l’vot Ulac», «Pas d’élection avec la bande», «La souveraineté du peuple doit être respectée», «État civil pas militaire», «Non à la dictature !» L’emblème national et le drapeau amazigh étaient aussi déployés. Vers 10 heures, au carrefour Oughazi, la procession humaine a observé une halte avant de se diriger vers le chef-lieu, où se trouvent les sièges de l’APC et la daïra.

Tout le long de son itinéraire, des slogans contre les symboles du système ont fusé. Arrivée à hauteur de l’hôpital Kaci Yahia, la foule a observé un moment de silence avant de reprendre de plus belle, lançant des appels à la grève générale. «Idhrab wadjeb watani» (La grève est un devoir national» a été alors entonné à tue-tête. Arrivés à leur point de chute, les manifestants ont réitéré le caractère pacifique de leur mouvement, tout en appelant à le préserver y compris le jour du vote.

Hafidh B.