Accueil Évènement «Pour un dialogue inclusif et apaisé»

LYES MERABET, président de la Confédération des Syndicats Algériens (CSA)

«Pour un dialogue inclusif et apaisé»

185

Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPS) et de la Confédération des syndicats Algériens (CSA), Lyes Merabet, considère que les problèmes constatés dans divers secteurs d’activité sont «tributaires de la question politique». Lyes Mérabet, qui s’exprimait, hier, à l’émission ‘’L’Invité de la rédaction’’ de la chaîne 3 de la radio nationale, assure relever chez les Algériens un besoin de commencer à discuter «loin des tensions», saluant au passage «la libération de détenus d’opinion», un effort, dit-il, «qui doit être maintenu».

Du rôle que pourrait jouer la Société civile dans le processus de dialogue et de changement, l’intervenant rappelle que celle-ci a été écartée au bénéfice de «partis politiques, de courtisans, d’affairistes et d’opportunistes». Pour autant, il n’en relève pas moins que «la situation est en train d’évoluer» après, note-t-il, «l’élection d’un chef de l’État et l’installation d’un gouvernement». Des situations dont il estime qu’au travers desquelles il est possible de «construire les éléments d’un changement».

Du nouveau Président, il observe qu’il a «la lourde responsabilité» d’ouvrir la voie à un espace de dialogue inclusif et à garantir que les solutions qui y seront proposées puissent être appliquées sur la base d’échéances définies. Des promesses énoncées par le Président Abdelmadjid Tebboune de contribuer à la création d’une Société civile «forte et soutenue», l’invité de la radio nationale rappelle que celle-ci «ne pourrait exister sans liberté d’expression» et que le pouvoir «lève la main» sur tout ce qui a trait à la vie politique et sociale, en clair, ajoute-t-il, à laisser le libre choix aux citoyens de s’organiser «sans interférences».

A. C.