Accueil A la une Quatre auberges de jeunes homologuées

BÉJAÏA - Le patrimoine touristique enrichi de nouvelles structures

Quatre auberges de jeunes homologuées

389

Une commission composée de hauts cadres du ministère de la Jeunesse et des Sports s’est rendue, la semaine dernière, dans la wilaya de Béjaïa pour inspecter quatre nouvelles auberges de jeunesse.

Les établissements ont été réceptionnées il y a quelques mois et l’inspection a été initiée en vue de leur homologation, a indiqué un responsable au niveau de la DJS de Bejaia.

Les structures de jeunes concernées par cette classification sont sises respectivement à Aokas, Adekar Hellouane (Ouzellaguène) et Akbou. La délégation ministérielle a exprimé sa pleine satisfaction à l’issue de cette mission d’inspection. «Les auberges de jeunesse au niveau de la wilaya de Bejaia sont les meilleures à l’échelle nationale sur tous les plans, que ce soit la qualité de l’infrastructure et des équipements, ou les compétences de l’équipe dirigeante», a affirmé un membre de cette commission du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Pour qu’une auberge de jeunesse soit homologuée, elle doit répondre à plusieurs exigences et critères de base. La structure concernée doit disposer d’un hall d’accueil avec comptoir, assurer l’hébergement, le petit-déjeuner et la restauration.

En outre, ses chambres doivent avoir une capacité de 8 lits au maximum, des sanitaires collectifs et un personnel conforme à l’arrêté ministériel en vigueur, ainsi qu’un espace commun répondant aux normes de la Fédération internationale des auberges de jeunesse. Aussi, l’homologation d’une auberge de jeunesse exige qu’une telle structure propose des activités de tourisme éducatif de jeunes et avoir une consigne à bagages.

Cette structure doit également être assurée par un éducateur spécialisé avec une expérience avérée. L’auberge de jeunesse d’Aokas, ex Château de la comtesse est sans doute la plus importante de ces structures. «Nous étions particulièrement émus par la beauté du Château de la comtesse, qui a été magnifiquement restauré et transformé en auberge de jeunesse. C’est un bijou architectural !», s’est exclamé un membre de la délégation ministérielle.

En effet, sis au bord de la RN 09, longeant la station balnéaire d’Aokas, cet édifice, un vrai chef-d’œuvre architectural, a été construit dans les années 1890 par un général de l’armée française, surnommé Poison. Laissé à l’abandon des années durant, il s’est amplement dégradé, faute d’entretien. La DJS de Bejaia a engagé des travaux de sa réhabilitation, depuis plus de deux ans, en le transformant en auberge de jeunesse. L

’entreprise en charge de restaurer ce château et le transformer en auberge de jeunesse a usé des mêmes matériaux de construction de l’époque. S’étalant sur une superficie de 5983 m², ce joyau architectural est composé d’un édifice principal (une maison à deux étages), d’un rez-de-chaussée de 195 m², divisé en trois chambres, d’un hall de réception et d’un showroom. La capacité d’accueil de cette auberge de jeunesse est de 120 lits.

Elle est dotée d’une salle de conférence de 200 places, une bibliothèque, un cybercafé, une cafeteria, une salle de sport, un restaurant de 70 couverts + 20 VIP et un logement. Jouissant d’une vue sur la mer et entouré d’espaces verts, cet endroit offrira, à coup sûr, un cadre agréable à ceux qui cherchent la détente, la tranquillité et le repos.

Concernant l’auberge de jeunesse d’Akbou, érigée sur une surface d’emprise de 8 hectares, dont 1,2 hectare de bâti, elle a une capacité d’accueil de 50 lits. Les auberges de jeunesses d’Adekar et de Hellouane ont également une même capacité d’accueil. La réalisation de ces infrastructures entre dans le cadre de la nouvelle vision du secteur de la jeunesse et des sports favorisant la mobilité des jeunes, a-t-on expliqué.

Elles permettent d’accueillir et d’héberger les visiteurs venant des autres wilayas dans le cadre des échanges entre les régions du pays. Par ailleurs, plusieurs jeunes, qui ne peuvent pas se payer des nuitées à l’hôtel, y viennent séjourner en été à titre individuel à cause des prix abordables qui y sont pratiqués.
B. S.