Accueil Évènement Quelques commerces rouvrent timidement

Bouira

Quelques commerces rouvrent timidement

115

La plupart des commerces et des administrations demeuraient hier encore fermés à travers la wilaya de Bouira, notamment au chef-lieu. Il y a eu, néanmoins, l’ouverture timide de quelques cafétérias, boulangeries et épiceries, à la demande pressante des citoyens. «J’ai reçu des dizaines d’appels de clients se plaignant de ne pouvoir s’approvisionner en lait en poudre, café, farine ou encore en eau minérale, j’ai donc fini par ouvrir ce matin», confiait hier le propriétaire d’une supérette sise à l’ex-gare routière de Bouira.

Cependant, le marché couvert de l’ancienne gare routière était fermé et aucun transporteur public ou privé n’était en service. D’ailleurs, même la gare routière était déserte. Du côté des établissements scolaires, tous paliers confondus, les portes étaient closes aussi. Il en est de même pour les administrations publiques, telles que les bureaux de poste, les daïras, les mairies, les établissements bancaires, les impôts, le Trésor public, les directions de wilaya, l’Office national de l’assainissement, l’Algérienne des eaux, la SDC, l’OPGI…

La prolongation du quatrième mandat du président de la République et les annonces communiquées la veille au soir n’ont pas impacté la détermination des citoyens, décidés à maintenir la grève. Dans la plupart des cafés, les Bouiris critiquaient vivement annonces du gouvernement ainsi que les analyses locales et étrangères de la situation en Algérie, reprises en boucle par les télévisions.

«On ne veut ni d’un 5ème mandat, ni d’une prolongation de l’actuel mandat avec report des élections… Nous voulons le départ du système et non pas un bricolage de bas étage en changeant quelques têtes au niveau des ministères», s’inquiète Saïd, un cadre de la wilaya à la retraite.

Même son de cloche les étudiants de l’université Akli Mohand Oulhadj : «Ces mesures prises dans l’urgence sont insensées et, surtout, elles ne viendront pas apaiser la situation déjà tendue… À l’université, au niveau de la faculté de droit, nous savons pertinemment que dans le message attribué à Bouteflika, il y a une violation claire des lois de la République, des violations qui ne servent aucunement le peuple et qui sont surtout anticonstitutionnelles…», déplore Messaoud, qui annonce une marche populaire grandiose pour vendredi prochain «en réponse aux dernières annonces du gouvernement».

A travers les autres localités de la wilaya, l’ambiance était également favorable à la continuité de la grève générale. La paralysie a également touché le personnel du centre enfuteur Naftal de Chorfa ainsi que ceux de la station de pompage Sonatrach d’Ath Mansour. A noter qu’aujourd’hui mercredi, le Cnapeste a appelé à une marche de tous les enseignants de la wilaya de Bouira.

Hafidh Bessaoudi