Accueil A la une Qu’en est-il de la réalisation?

TIZI-OUZOU - Projets de 4 barrages hydrauliques

Qu’en est-il de la réalisation?

1185

Pour parer au lancinant problème de la rareté de l’eau potable à travers la wilaya de Tizi-Ouzou, quatre projets de barrages hydrauliques ont été inscrits à son profit.

Il s’agit des barrages de Souk N’Tléta sur l’oued Bougdoura à Draâ Ben Khedda, Sidi Khalifa dans la ville d’Azeffoun, Zaouïa sur l’oued Stita à 5 kilomètres de la ville de Tizi-Ouzou et celui de Bounachi sur l’oued Rabta à 20 kilomètres à l’est de la wilaya.

Des projets importants à même d’assurer une forte capacité de mobilisation et d’emmagasinement de ce liquide précieux. Hélas, concrètement, sur les quatre barrages, seul celui de Souk N’Tléta est en réalisation.

Les trois autres sont soit au stade d’études, soit au stade d’installation de l’entreprise ou même en attente d’inscription. La crise économique et les restrictions budgétaires y sont pour quelque chose. Les oppositions des riverains sont également dans certains cas à l’origine d’un grand retard, notamment au niveau du barrage de Souk N’Tléta sans oublier le blocage total du lancement des travaux et même des études concernant le barrage de Zaouïa (Stita).

Les travaux du barrage de Souk N’Tléta, lancés en 2012, pour un délai initial de 24 mois, ont connu plusieurs arrêts à cause des oppositions et de la protestation des riverains, réclamant des indemnisations et leur relogement, ce qui a été à l’origine de ce grand retard.

A présent, le chantier est relancé et avance à un rythme encourageant. Le Directeur de l’hydraulique, M. Mokrane Djouder, à fait savoir dans ce sens : «Maintenant que toutes les contraintes sont levées, le taux d’avancement des travaux a atteint 63 %. La date prévisionnelle de sa réception et de sa mise en eau est prévue pour le début de l’année 2020.» Et d’ajouter : «Les 278 logements destinés aux habitants des lieux sont en bonne voie. 178 unités seront prêtes et seront distribuées en août 2019. La cadence est mise sur l’achèvement dans les meilleurs délais du reste des logements, où cinq entreprises sont sur le chantier et mettent le paquet pour honorer leurs engagements dans les délais prévus».

Concernant le barrage de Sidi Khalifa dans la commune d’Azeffoun, d’une capacité de 37 millions de mètres cubes, «le projet est confié et le chantier est en phase d’installation. Le barrage de Zaouïa est bloqué par des oppositions et celui de Bounachi, d’une capacité de 19 millions de m3, dont l’étude est finalisée, est en attente d’inscription», a indiqué notre source.

De nouveaux forages pour le Sud de la wilaya

S’agissant du plan d’urgence de 2018 consistant de 2 milliards de dinars, notre interlocuteur a révélé : «Dans ce programme d’urgence, nous avons lancé 59 opérations. Le programme est achevé à 70 % et les travaux sont toujours en cours pour le reste des opérations que nous entendons finaliser rapidement.»

Au sujet du projet portant transfert d’eau à partir du barrage de Tichihaf et la réparation de la station de dessalement d’eau de mer de Tigzirt, le Directeur de l’hydraulique a signalé : «Ce projet risque d’être retardé, car nous avons enregistré 03 oppositions de la part des riverains sur la conduite de refoulement.

Pour ce qui est de la station de dessalement de Tigzirt, les travaux de réparation sont achevés. Sa mise en service a eu lieu jeudi dernier. Cette station a une capacité de production actuelle de 1 500 m3 par jour. Son eau sera distribuée au niveau de la ville côtière de Tigzirt, chose qui garantira une alimentation quotidienne au niveau de cette agglomération. Les habitants du flan nord de Tigzirt bénéficieront de l’ancienne quote-part de la ville. Normalement, le problème de la rareté de l’eau est réglé au niveau de cette région côtière et touristique».

Interrogé sur les mesures prises pour éviter le stress hydrique durant la saison estivale, M. Mokrane Djouder a fait savoir : «Nous avons réalisé plusieurs opérations pour améliorer le réseau et rendre l’eau disponible, au niveau des quatre coins de la wilaya. En plus du programme d’urgence de 2 milliards de dinars comprenant 59 opérations, qui est achevé à hauteur de 70 %, nos efforts se poursuivent quotidiennement pour faire parvenir l’eau aux populations.» Et de préciser : «Des problèmes ont été signalés à travers quelques localités, notamment à Aït Mahmoud dans la daïra de Beni Douala, où nous avons équipé de nouveaux forage. Le premier est achevé et en phase de tubage.

A Tadmaït, un autre forage est équipé et va entrer en phase de production incessamment. Un autre forage de remplacement est en phase de creusage dans la même localité. A Azeffoun, à Aït Chafaa et M’Kira, dans la daïra de Tizi Gheniff, des mesures sont prises pour l’équipement de nouveaux forages ou la mise en service du pompage à travers le barrage de Tizi Gheniff pour le cas de M’Kira.

Dans tous les cas, nous sommes sur le terrain et à l’écoute. Nous agissons dès qu’un problème est signalé. La situation va s’améliorant et c’est tant mieux pour notre population.»

Par ailleurs, le taux de remplissage du barrage de Taksebt est de 97 % (176 millions de m3). 340 000 m3 sont pompés quotidiennement, dont la moitié pour les wilayas d’Alger et de Boumerdès.
Hocine T.