Accueil A la une Un concours du meilleur projet

Bouira - Jeunes entrepreneurs de la wilaya

Un concours du meilleur projet

115

La période du retrait et de dépôt des candidatures a été fixée par l’administration wilayale du 15 septembre au 15 octobre de l’année en cours.

Une commission de wilaya a été mise en place, récemment, pour sélectionner le meilleur projet entrepreneurial, a indiqué la cellule de communication de la wilaya dans un de ses derniers communiqués diffusés. Selon la même source, cette initiative rentre dans le cadre d’un concours à l’échelle de la wilaya, où les porteurs de projets dans divers domaines (agriculture, industrie, tourisme, environnement, énergie renouvelable et hygiène environnemental) vont concourir.

A noter que cette commission est composée de 23 membres, ajoute notre source, représentant les directions de wilaya. Aussi, en prévision du lancement de ce concours, un appel vient d’être lancé aux jeunes entrepreneurs de la wilaya. A cet effet, ceux qui veulent y participer doivent de rapprocher de la Direction de l’industrie et des mines locale pour le retrait des dossiers de participation. La période du retrait et de dépôt des candidatures a été fixée du 15 septembre au 15 octobre de l’année en cours.

Quant à la sélection des meilleurs projets, le communiqué précise que la tâche sera confiée à des experts et spécialistes, qui choisiront les trois meilleurs projets. Leurs propriétaires se verront ainsi remettre, en guise d’encouragement, des enveloppes financières. Par ailleurs, en ce qui concerne l’objectif de ce concours, il est souligné qu’il vise à encourager les jeunes entrepreneurs. Il est utile de rappeler que l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira a créé, en 2017, une maison d’entrepreneuriat afin d’encourager les jeunes étudiants à créer leur propre entreprise et à développer leurs idées. Cette initiative est déjà à sa deuxième édition.

A noter que cette édition, organisée en 2018, a vu pas moins de six projets lancés par des étudiants en master dans les communes de Sour El Ghozlane et Bouira. Ils ont été fiancés et suivis par les dispositifs de l’État que sont l’Ansej, la Cnac et l’Angem. Quant à la nature de ces projets, ils touchent aux domaines de l’industrie mécanique et pharmaceutique, du marketing sur internet, la transformation laitière et alimentaire, l’informatique et le recyclage plastique.

Pour rappel, ces étudiants entrepreneurs avaient bénéficié auparavant d’une formation de six mois assurée par les encadreurs de la maison de l’entrepreneuriat. S’exprimant sur ce point, lors d’une journée d’étude organisée, l’année dernière, M. Mazouz, responsable à l’université de Bouira, dira que «l’université doit s’ouvrir davantage sur son environnement direct et répondre favorablement à la demande sociale. Nos étudiants pourront donc à la fois développer leurs idées de projet et répondre favorablement à la demande sociale de notre environnement direct. Nous tentons de changer de statut pour nos étudiants, qui pourront créer des emplois, au lieu d’en chercher», a-t-il expliqué.
D. M.