Accueil Évènement Un déficit prévisionnel de 1200 places pédagogiques

UNIVERSITÉ DE BOUIRA - 3 700 nouveaux bacheliers attendus

Un déficit prévisionnel de 1200 places pédagogiques

79

Quelques jours avant l’annonce des résultats du BAC, l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira organise, depuis le début de cette semaine, des journées portes-ouvertes sur le monde universitaire, au niveau du siège de la Bibliothèque centrale du principal campus.

Comme chaque année, des stands ont été prévus pour chaque faculté, institut et service et pour les œuvres universitaires (bourse, hébergement et transport). Ils ont été préparés pour l’accueil des nouveaux bacheliers. L’implication directe des étudiants dans le Comité d’orientation est la grande nouveauté de cette année.

Le Comité, chargé d’accueillir, d’informer et d’orienter les nouveaux bacheliers, est constitué, cette année, des enseignants, des fonctionnaires et des étudiants, ce qui va faciliter davantage l’opération d’orientation des nouveaux bacheliers. Ces journées portes ouvertes se poursuivront jusqu’au 25 juillet prochain, date du début de l’opération de préinscription des nouveaux bacheliers.

Après avoir visité les stands, les futurs universitaires recevront les explications nécessaires, notamment à propos des facultés et des spécialités d’études existant au niveau de l’université de Bouira, mais aussi à propos de la vie universitaire, au niveau des résidences. Par ailleurs, concernant les prévisions et les capacités d’accueil arrêtées par la direction de l’université pour l’année prochaine, M. Aïssaoui, vice-recteur chargé de la pédagogie, a indiqué, hier, que le nombre de places pédagogiques disponibles sont à hauteur de 2 500 places pour les 57 spécialistes existantes.

Cependant, vu les prévisions de réussite au BAC de cette année, l’administration de l’université a prévu un déficit de pas moins de 1 200 places pédagogiques, sachant que plus de 3 700 nouveaux étudiants sont attendus cette année.

«Nos prévisions ont été arrêtées à 3 700 nouveaux bacheliers, alors que nos capacités d’accueil ne dépassent pas 2 500 places. Ce même déficit nous l’aurons aussi pour l’encadrement, puisque la norme pédagogique appliquée sera de 32 étudiants pour un seul enseignant. Le déficit global en matière de places pédagogiques passera à plus de 8 000 places manquantes, puisque le nombre total des étudiants passera à plus de 27 000 étudiants inscrits dans tous les niveaux et toutes les spécialités. Nous avons aussi reçu 14 nouveaux postes budgétaires pour le recrutement des enseignants. Mais ce nombre reste insuffisant, vu le déficit dont nous souffrons depuis plusieurs années déjà», a assuré M. Aïssaoui.

Notre interlocuteur a écarté la possibilité d’ouvrir de nouvelles filières, cette année, au niveau de l’université de Bouira puisque, selon-lui, les Conseils scientifiques des facultés ont entamé une période de restructuration pédagogique, qui mènera nécessairement à la suppression ou au gel de certaines spécialités, notamment en Master : «Certaines spécialités ouvertes, notamment en Master, ne sont pas trop attractives et les étudiants les boudent généralement. C’est pour cela que nous avons initié une opération de restructuration pédagogique, afin de régulariser ces spécialités, selon les offres de formation et la demande des étudiants», a-t-il martelé.

Interrogé à propos du taux d’accès aux postes de Master, pour les étudiants licenciés, notre interlocuteur a assuré que l’université de Bouira dispose des capacités nécessaires pour accueillir la totalité des étudiants licenciés, cette année, de ses départements. Le vice-recteur chargé de la pédagogie ajoute que le nombre des diplômés de cette année est estimé à plus de 2 500, toutes filières confondues.

A noter que la période des inscriptions définitives débutera le 2 juillet prochain et se poursuivra pendant six jours.
Oussama Khitouche