Accueil A la une Une commission interministérielle réclamée

AZAZGA - Affaissement de terrain à l’échangeur Nord

Une commission interministérielle réclamée

1742

Une commission interministérielle des départements des Ressources en eau et des Travaux publics est réclamée par les autorités de la wilaya de Tizi-Ouzou, pour l’expertise de l’échangeur Nord d’Azazga.

Durement touché le week-end dernier par un important affaissement de terrain, l’échangeur Nord de la rocade d’Azazga «nécessite une expertise pour la prise en charge définitive du problème», a indiqué le wali, Abdelhakim Chater, lors de son déplacement sur les lieux, avant-hier.

M. Chater a annoncé «avoir «sollicité le concours des ministères des Ressources en eau et des Travaux publics pour l’envoi d’une commission qui procédera à l’expertise du site». Une expertise qui permettra, dira-t-il, «une prise charge définitive de ce glissement».

Le P/APC d’Azazga, Benadji Mohand, a quant à lui expliqué : «Les dernières intempéries, marquées par d’importantes chutes de pluies et de neige, sont la cause de cet affaissement». Il précisera : «L’endommageant de cet axe autoroutier sur plusieurs centaines de mètres à l’entrée d’Azazga, notamment sur l’échangeur de la Route nationale 12, est dû à un abaissement du sol».

Le maire a souligné que «l’axe touché par ce glissement est l’échangeur situé avant l’hôpital de la ville d’Azazga», relevant qu’il n’y a «ni habitations ni infrastructures publiques qui serait menacées par ce phénomène, à l’exception d’une huilerie située a proximité de la zone instable». Malgré l’important endommagement de l’axe routier, le maire a rassuré : «La route n’est pas fermée à la circulation, puisque les automobilistes peuvent emprunter les différentes bretelles pour se rendre à leurs différentes destinations».

Le wali de Tizi Ouzou, Abdelhakim Chater, a instruit, lors de son déplacement sur les lieux, accompagné des directions techniques concernées dont celles des travaux publics, des ressources en eau, de l’urbanisme et de la construction et des forêts, de la prise en charge du problème et de prendre les mesures nécessaire pour «la stabilisation du sol». Sur place, il a été informé que «le glissement est causé par une nappe d’eau souterraine».

Il a immédiatement instruit les directions concernées «d’engager des travaux d’urgence pour stabiliser le sol». La direction de travaux publics a été instruite de «sécuriser le site par la mise en place de signalisation qui indiquera la zone de glissements aux automobilistes afin d’éviter d’éventuels accidents notamment durant la nuit».

Cette même direction, a-t-on appris, a déjà «introduit une demande auprès de son ministère de tutelle pour la mobilisation d’une enveloppe financière afin de procéder aux réparations de la voie». Par ailleurs, le wali a en outre exigé «l’engagement d’une opération de canalisation et d’évacuation des eaux souterraines à l’origine de cet affaissement». Pour rappel, l’affaissement de terrain qui s’est produit suite aux intempéries et aux dernières chutes de neige a suscité beaucoup de réaction de la part des usagers de ce tronçon de route qui ont exprimé leur «préoccupation».

Kamela Haddoum.