Accueil A la une Youcef Yousfi sous mandat de dépôt

JUSTICE - Trois anciens ministres ont comparu hier

Youcef Yousfi sous mandat de dépôt

560

Trois anciens ministres ont comparu, hier, devant diverses juridictions, dans le cadre des enquêtes ouvertes sur des supposées affaires de corruption.

L’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, comparaissait pour la seconde fois devant le magistrat instructeur près la Cour suprême, dans le cadre du dossier Mahieddine Tahkout.

Au terme de cette nouvelle audition, Yousfi a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’El Harrach. L’ancien ministre de l’Industrie avait, pour rappel, comparu mercredi dernier, devant le magistrat instructeur près la même juridiction qui a décidé des poursuites à son encontre. Selon un communiqué de la Cour suprême, rendu public le soir même de mercredi dernier, Youcef Yousfi est poursuivi pour «octroi d’indus avantages», «établissement de contrat contraire à la législation», «corruption et dilapidation de l’argent public, etc».

Suite à ces chefs d’accusation, Yousef Yousfi a été mis sous contrôle judiciaire. L’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, a lui aussi comparu hier devant le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga, à l’ouest d’Alger, pour être auditionné dans des affaires de corruption.

Il est poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation liés principalement à «l’octroi d’indus avantages à autrui au titre de l’octroi de marchés publics et contrats», «dilapidation de deniers publics et abus de fonction» et «conflit d’intérêts», rapporte l’APS. Celle-ci souligne que Zaalane avait déjà été auditionné par le juge enquêteur près la Cour suprême dans plusieurs affaires de corruption, il a été placé sous contrôle judiciaire pour des faits punis par la loi.

Le troisième ancien ministre qui a comparu, dans la même journée d’hier, devant les juges, c’est Mohamed Ghazi, ex-chef du département du Travail et de la Sécurité sociale. Ghazi était appelé à comparaître en compagnie d’un de ses enfants, devant le juge instructeur du tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger. Aucune information n’a filtré sur les raisons de cette citation à comparaître en audition devant le magistrat instructeur.
Synthèse de M. A. T.