Accueil Histoire Le chahid Amar Tadjdit ressuscité

Le chahid Amar Tadjdit ressuscité

2134

Le village de Tifra, de la commune de Tigzirt, a rendu dans la matinée du jeudi, un vibrant hommage au chahid Amar Tadjadit, mort lors des manifestations des Algériens en France, le 14 Juillet 1953, pour relancer l’Indépendance de l’Algérie.Parmi eux ces manifestations qui ont eu lieu au cœur de Paris et organisé par le PPA, il y a eu et plusieurs centaines de blessés parmi les manifestants. Les affrontements ont eu lieu entre les travailleurs algériens ou nord-africains et la police française. “Amar Tadjadit est tombé au champ d’honneur. Il a tenté de confisquer l’arme d’un policier blessé, affalé dans la rue. Ce dernier n’étant pas mort, a tiré à bout portant sur Amar, qui a rendu l’âme quelques minutes après”, témoigne le Moudjahid Moh Lounis, l’un des participants à la manifestation et ami du chahid. Les organisateurs ont distribué des copies du journal “La vigie marocaine”, paru le 15 juillet 1953 et qui a rapporté les faits de ces manifestations réprimées sauvagement par la police française.Une foule nombreuse était présente pour rendre hommage à ce chahid, cinquante-trois ans après sa mort. Parmi eux plusieurs centaines de citoyens anonymes, des anciens maquisards, les élus de l’APC de Tigzirt, des élus de l’APW et des sénateurs.Une marche silencieuse a été organisée suivie d’une visite à la famille du chahid. Par la suite, la foule s’est dirigée vers le cimetière du village Tifra. Au premiers rangs, l’on a remarqué un groupe d’écoliers du village qui portait le drapeau algérien. A la queue de la marche, des femmes en tenues traditionnelles kabyles, ne cessaient de lancer des youyous, ce qui a donné un plus d’émotion à cette commémoration. Au cimetière, le drapeau national a été hissé sous l’hymne nationale, chantée par les écoliers. Une gerbe de fleurs a été déposée sur la tombe du chahid et la Fatiha fut lue à la mémoire de tous les martyrs qui se sont sacrifiés pour l’Algérie indépendante. Sur la pierre tombale, l’on peut lire : “Il a été tué par la police française lors des manifestations organisées par les Algériens à la place de la Nation, à Paris, pour réclamer l’indépendance de l’Algérie”. A travers une déclaration rendue publique, la famille de la victime réclame le statut de chahid à ce jeune héros, mort à l’âge de 26 ans.L’hommage s’est achevé par une collation organisée sur les placettes du village, dans une ambiance et un décor qui nous ont fait rappeler les traditions kabyles d’autrefois.

M. H.