«J’ai déposé plainte contre trois personnes»

Partager

Le président de la JSK, Chérif Mellal, a animé, hier après-midi, une conférence de presse, au lendemain de son agression par un groupe d’individus à Tizi-Ouzou.

Accompagné d’autres dirigeants du club, dont le porte-parole Mouloud Iboud, et le directeur général, Nassim Benabderrahmane, le chairman kabyle est revenu en détails sur son agression. Intervenant en premier, Iboud dira : «L’agression dont ont été victimes le président Mellal et des salariés du club est des plus condamnables.

C’est un acte de banditisme qui a ciblé tous les membres de la direction de la JSK. Il y a une main invisible derrière. Cependant, nous appelons à la vigilance et au calme. On a un projet à concrétiser et on ne cédera pas, quelles se soient les embûches et les obstacles qu’on mettra sur notre route». Mellal prendra ensuite la parole et donnera sa version des faits : «Pour moi, ce qu’il s’est passé hier (ndlr mardi) est un acte prémédité. C’était un groupe d’une vingtaine de personnes dont trois que je connais.

Munis d’armes blanches, ils sont venus au bureau et nous ont agressés, plusieurs membres de la direction du club et moi. Mais la caméra de surveillance a tout enregistré. J’ai été voir le chef de la sûreté et le procureur de la République qui m’ont reçu. Le wali quant à lui a refusé de me recevoir», raconte Mellal. Interrogé s’il avait déposé plainte, Mellal a apporté la précisons suivantes : «Pour le moment, j’ai déposé plainte contre les trois personnes qu’on a identifiées et qui sont pour le moment en fuite. Nous en déposerons d’autres ultérieurement».

Le président de la JSK était très remonté contre le wali. «J’ai été à la wilaya, mais le wali ne m’a pas reçu. On m’a dit qu’il était absent, alors qu’en vérité il était juste à côté. Je dénonce cela, car s’il a refusé de me recevoir c’est parce que je ne suis pas un partisan du 5ème mandat comme lui.

Je l’avais déjà averti qu’il y avait des réunions secrètes de personnes qui voulaient nous attaquer», affirme le président de la JSK. Mellal a également tiré à boulets rouges sur le président du comité olympique algérien, Mustapha Beraf. «Beraf s’est réuni, en secret, avec cette clique à Tizi Ouzou et il leur a même donné de l’argent. Et j’ai parlé au wali de ces réunions», dénonce le chairman kabyle.

Questionné s’il avait un problème avec le joueur Mesbahi, Mellal a répondu par la négative. Il ajoutera même qu’il voulait aider le joueur en lui faisant signer la licence restante lors du dernier mercato. «Il y a un ami qui m’a appelé sur le cas Mesbahi et je n’ai pas hésité à lui signer une licence pour qu’il soit compétitif. Bien qu’il n’ait pas été qualifié par la ligue, on l’a laissé s’entrainer avec l’équipe réserve. Je n’ai eu aucun problème ni avec le joueur ni avec ses frères, d’ailleurs personne ne m’a parlé avant cette agression d’avant-hier», affirme le président de la JSK.

Le chairman kabyle ajoutera : «Ce n’est pas en venant avec des armes blanches qu’on va me faire peur. Je me suis engagé à redonner à la JSK son lustre, quel que soit le prix et personne ne me fera peur». Le président de la JSK a par ailleurs annoncé qu’une marche est prévue pour après-demain samedi à Tizi Ouzou par les supporters du club : «La JSK organisera une marche samedi prochain à partir du 11h pour dénoncer ce qui est arrivé et pour que ce genre d’incidents ne se reproduise plus», concluera-t-il.

M. L.

Partager