Accueil Kabylie Petit Paradis, une plage et c’est tout !

Aït Chafaâ Celle-ci ne désemplit pourtant pas

Petit Paradis, une plage et c’est tout !

13877

La localité d’Aït Chafaâ, à la périphérie de la wilaya de Béjaïa, située entre Béni-K’sila et Azeffoun, qui s’étale sur 7 kms de côte, devient une destination touristique locale au point de titiller ses voisines.

Elle devait jouer un rôle moteur dans le développement touristique de la Kabylie, mais le fait est là elle reste aux antipodes des espoirs des élus locaux : des projets et des études existent, mais confinés au chapitre de zone d’expansion touristique (ZET) sans lendemain jusqu’à présent. Après son aménagement, en 2008, la plage le Petit Paradis, sise à 16 kilomètre à l’Est d’Azeffoun, est devenue la destination préférée de plusieurs estivants. Concédée annuellement par des enchères publiques pour trois mois de gestion, dont la somme dépasse des fois celle de toutes les autres plages de la daïra d’Azeffoun soumises à la même opération, elle draine une foule nombreuse même si beaucoup reste à faire pour l’améliorer. Des commodités comme le parc auto, les sanitaires, la sécurité la protection civile qui

viennent se greffer à un nom (petit paradis), un endroit, une plage

connue, par le passé pour son extraordinaire potentiel naturel : du sable à perte de vue, une eau limpide et surtout non profonde juste ce qu’il faut pour faire le bonheur des centaines de bambins qui y viennent. Pourtant, les vacanciers doivent passer à proximité de trois plages, le Caroubier, la Plage du centre, celle de Sidi Khlifa, dans la commune d’Azeffoun, en plus des autres qui ne sont pas surveillées comme M’lata, Sidi korchi, pour y arriver. Les aménagements opérés amorcent donc un changement qui a abouti à une affluence record, cette année, sur le littoral de la wilaya, mais le  manque d’investissement conséquent en équipements et infrastructures reste à la traîne, ce qui ne peut se faire, par ailleurs, qu’en changeant le cap concernant la politique touristique de la wilaya.

D. Ferhat