Accueil Kabylie Jeux de dés au marché hebdomadaire

Larbâa Nath Irathen : Ils attirent, de plus en plus, jeunes et moins jeunes

Jeux de dés au marché hebdomadaire

1833

Ces derniers temps, le marché hebdomadaire de Larbâa Nath Irathen, qui se tient tout les mercredis de chaque semaine, se voit accueillir un invité plutôt surprenant, qui inquiète, de plus en plus, la population de la localité en question. Il s’agit du jeu de dès qui attire de plus en plus d’adolescents, surtout les collégiens. En effet, en l’espace de quelques années, ces jeux de hasard, tels que le poker, les dès, petits paquets et autres jeux d’argents, pourtant interdits par la loi, ont fait au début, leur apparition dans des garages, durant les mois de carême. Et en l’espace de quelques années, cette pratique a pu gagner de l’ampleur pour enfin, prendre ces quartiers et s’installer au milieu dudit marché et attirer de plus en plus d’adolescents, surtout les écoliers. Cette pratique commence à inquièter sérieusement la population. Surtout que ce jeu de hasard (dès) se fait au milieu du marché à l’abri des regards des adultes. Mais un œil, bien aiguisé et bien attentif, peut se rendre compte des nids de magouilles qui se tiennent non loin de lui. Et plusieurs, adolescents en quête d’argent de poche, sont attirés par ces amusements, tel un aimant. Quelques pièces de monnaie de 10 ou 20 da, et un peu de chance suffisent pour gagner une somme «importante» qui peut aller jusqu’à 1000 da ! Mais finalement, personne ne gagne. Et cette pratique est vue comme une véritable aubaine par un adolescent en manque d’argent. Effectivement, des bruits courent au sujet de ces jeux qui inquiètent plus d’un. Voulant savoir un peu plus sur ce sujet et vérifier si réellement une telle pratique se fait dans ce marché en question, nous nous y sommes rendus et nous sommes surpris par le nombre d’adolescents qui se livrent à ces jeux. Pire encore, nous avons pu constater à quel point ce jeu gagne du terrain et prend de l’ampleur. Ce qui surprend le plus dans cette histoire, c’est que personne n’ose bouger le petit doigt et mettre un terme à cette pratique.  En effet, des adolescents ou plutôt des écoliers âgés entre 16 et 20 ans, cartable au dos, totalement noyés dans ce jeu, se cachent derrière les véhicules et attendent de prendre place pour tenter leur chance sur cette petite planche marquée de 1 à 6, tout en rêvant du jackpot qui, finalement, ne vient pas ! Et durant des heures, ces adolescents victimes qui risquent de devenir accros, croient ne se livrer qu’à un passe-temps, ignorant que les jeux de hasard sont interdits par la loi. Nous avons approché deux écoliers, originaire de la localité d’Irdjen, qui, apparemment, ont séché les cours pour se faire quelques parties. L’un d’eux nous dira : « Nous avons déjà gagné plusieurs fois à ce jeu, mais aussitôt, nous remettons en jeu tout ce que nous avons gagné et nous repartons bredouille en auto-stop pour rentrer chez nous. Au sujet de l’interdiction de ces jeux par la loi, ils nous ont répondu que personne ne leur avait jamais dit que c’était interdit ! Sans doute, ils sont trompés par le fait que des adultes y participent, Il est tout à fait possible que ces adolescents, disent la vérité vu que ces jeux se font au milieu du marché bondé de monde et que jamais personne n’a eu le réflexe d’alerter la police. 

Enfin, il est temps que ces marchés soient un peu plus contrôlés pour que cette pratique qui inquiète les citoyens de la localité de Larbâa Nath Irathen prenne fin.

Youcef Ziad