Accueil Kabylie Cap sur la prévention contre les incendies

Iferhounène les services concernés s’y préparent d’ores et déjà

Cap sur la prévention contre les incendies

1960

L’été approche à grands pas. Même si elle est synonyme de repos, de fêtes et de plage, la saison estivale est connue aussi pour ses désagréments.

La population appréhende les chaleurs étouffantes, le manque d’eau et surtout les incendies de forêt. Pour faire face aux éventuels feux qui ne manqueront pas de se déclarer dans la région, une réunion, regroupant des représentants de divers secteurs, devant faire partie de la commission « anti incendie », s’est  tenue, Il y a quelques jours, à la daïra d’Iferhounène, au Sud-est de Tizi-Ouzou. Selon notre source, les présents ont passé en revue les difficultés auxquelles font face les éléments de la Protection civile dans leur mission. L’implication de la population dans certaines situations est jugée indispensable. Comme nous avons eu à le constater ces dernières années, les soldats du feu, appelés sur plusieurs fronts, passent des journées et des nuits sur le qui-vive. Ils ne peuvent à eux seuls, sans moyens adéquats, faire face à plusieurs départs de feu qui se déclarent, simultanément, en plusieurs endroits. L’ADE, la Protection civile, l’APC, la Direction des forêts et autres comités de villages font partie de ladite commission qui aura pour tâche de veiller à limiter les dégâts des incendies, en préparant les moyens humains et matériels appropriés, pour intervenir efficacement dès qu’un départ de feu est signalé. « Pour mener à bien cette tâche, il est demandé la contribution des comités de villages qui doivent sensibiliser les citoyens », nous dit Antar, un jeune représentant de Tirourda. Il est, par ailleurs, conseillé aux habitants de la région d’éviter le stockage des fourrages à l’intérieur et aux alentours des lieux habités. Notons que, chaque année, en cette période, les cantonniers de la DTP s’attèlent à nettoyer les abords des fossés alors que de nombreux citoyens procèdent au désherbage de leurs propriétés pour parer à toute éventualité. Il est évident que, si on peut pallier les pénuries d’eau en se constituant des réserves et en s’approvisionnant des sources, souvent, on peut difficilement faire face au feu de forêt, dont les dommages peuvent être irréversibles.                      

A.O.T.