Accueil Kabylie Akbou étouffe !

Béjaïa Bouchons, encombrements, parkings saturés,…

Akbou étouffe !

4136

La circulation automobile dans la ville d'Akbou et sa périphérie est devenue un véritable cauchemar pour les habitants et les visiteurs.

En effet, ce problème resurgit chaque jour, avec une circulation automobile congestionnée et lente au meilleur des cas! Les bouchons, l’encombrement et le boucan sont le lot quotidien sur les différents axes qui desservent cette grande ville, à l’instar de la RN26. Rien que l’idée de vouloir joindre la ville d’Akbou par véhicule stresse au plus haut point les automobilistes et autres usagers de cette route condensée en véhicules. Car, des points noirs, jalonnant cet important et névralgique axe routier, « attendent » les usagers avec des bouchons parfois inextricables. À l’approche du quartier périphérique de Bouzeroual, les automobilistes et les voyageurs se trouvent happés par l’angoisse, car il y a toujours, et à toute heure, ce fameux bouchon qui se forme incessamment sur le pont de Bouzeroual dans les deux sens de la circulation. « Cet endroit est mon pire cauchemar ! », lâche un routier qui emprunte quotidiennement cette RN26. Et comme l’a si bien dit notre interlocuteur, le pont de Bouzeroual constitue un goulot d’étranglement, car il est étroit et ne permet pas à deux véhicules de gros tonnage de passer simultanément! La circulation automobile au niveau de ce pont, qui enjambe l’oued Illoula sec ces jours-ci, devient très lente, en ce sens que les conducteurs diminuent drastiquement la vitesse étant donné que ce pont est très étroit. Passé ce purgatoire, les automobilistes et les voyageurs empruntant cet axe via les transports en commun, ne sont pas au bout de leur peine, puisque à quelques dizaines de mètres seulement, il y a le fameux chemin qui mène au marché Bouizane, là encore la circulation devient exécrable dans les deux sens aussi, et les conducteurs « lâchent » la pédale de l’accélérateur, pour évoluer très lentement. Cela agace bien évidemment tout le monde, et des comportements, pour le moins condamnables, apparaissent sur cette route, comme la circulation de certains automobilistes sur les deux accotements ! Cet enfer n’est pas fini, puisqu’un autre point noir se forme au niveau du quartier Arafou, à l’entrée de la ville d’Akbou. Là aussi, les nerfs des conducteurs s' »usent », et certains manquent même de s’ »arracher » les cheveux! Une fois passé cet autre endroit de bouchon, les automobilistes arrivent aux quatre-chemins de Guendouza, là où ils respirent un tantinet, et la circulation devient plus fluide, et ce grâce à la trémie réalisée vers la moitié des années 2000. Cependant, à l’approche de Taharacht, d’autres points d’encombrements apparaissent, et ce jusqu’à la sortie, où le dédoublement de la RN26 a été réalisé ce qui permet d’absorber les bouchons.

Le dédoublement du tronçon Bouzeroual-Guendouza renvoyé aux calendes grecques !

Par ailleurs, il y a lieu de soulever ce projet de dédoublement de la RN26 au niveau du quartier périphérique de Bouzeroual, lequel est renvoyé aux calendes grecques, nonobstant son importance capitale pour la commune d’Akbou. Ce projet « sommeille » encore dans les tiroirs de l’APC, alors que les usagers de ce tronçon pressent les pouvoirs publics afin de lancer urgemment les travaux de dédoublement de la partie allant de Bouzeroual vers Guendouza. Dans le même contexte, il est aussi utile de souligner que la ville d’Akbou connaît, elle aussi, des bouchons inextricables, à cause de la circulation dense. Les rues et les artères de la ville ne peuvent plus contenir, quotidiennement, ces centaines de véhicules qui y circulent et qui y garent à côté des trottoirs! C’est impressionnant le fait de constater que la ville d’Akbou est devenue, à s’y méprendre, un gigantesque parking à ciel ouvert, à telle enseigne que chaque espace libre, dans cette agglomération, est transformé en parking payant, sans aucune norme, par des jeunes oisifs qui rechignent à travailler! Là encore, il est déplorable de souligner qu’un projet de construction d’un grand parking à étages dans la ville d’Akbou, croupit encore dans les tiroirs de l’APC. Ce projet languit depuis des années, sans pour autant qu’il ne soit réalisé et ce, au profit des habitants et des visiteurs de la ville d’Akbou !

Syphax Y.