Accueil Kabylie Le lycée Mustapha Ben Boulaïd se distingue

Aïn El Hammam BAC 2016

Le lycée Mustapha Ben Boulaïd se distingue

5191

Tel un feu d’artifice, de nombreuses détonations déchirent la nuit, aux quatre coins de la commune d’Aïn El Hammam, pour saluer les lauréats du baccalauréat, au moment de la proclamation des résultats. Les lycées de la région d’Aïn El Hammam semblent avoir franchi un grand pas, tant qualificatif que quantitatif, à l’image du lycée Mustapha Ben Boulaid qui fait, en ce moment, la fierté des habitants de la région. Tout le monde parle des 79,16 pour cent d’admis, soit 190 sur 240 candidats qui viennent d’obtenir leur baccalauréat. Ce qui dépasse de loin le taux national et de la wilaya. En termes de classement, le plus ancien des établissements du secondaire de la région est classé en septième position sur la soixantaine de lycées que compte la wilaya de Tizi-Ouzou. Une performance, saluée par les parents et les autorités locales, qui est loin d’être le fruit du hasard. Monsieur Mourad Temim, le proviseur, tient à féliciter son équipe pédagogique dont le travail vient de donner ses fruits. «Il est vrai que cette année, les élèves n’ont pas été perturbés par des grèves. Ils ont accompli une année entière durant laquelle les professeurs ont été présents, même durant les vacances pour des cours de soutien», dira-t-il avant d’ajouter : «Les admis ont été récompensés pour leurs efforts qu’ils ont accomplis sans relâche. Nous avons obtenu des autorisations de la direction de l’éducation pour que les candidats au BAC puissent disposer de salles dans les écoles primaires de leurs villages afin de travailler en groupes». Bien loin du lycée Mustapha Ben Boulaid, celui de jeunes filles, situé sur les hauteurs de la ville, a dépassé de peu la moyenne nationale avec 50 pour cent d’admis. Ouvert il y a quelques années seulement, le lycée d’Ait Yahia, troisième de la daïra d’Aïn El Hammam, a eu le mérite de placer 57 pour cent de ses élèves sur les listes des admis. Un taux appréciable qui mérite les encouragements.
Cependant, le plus difficile reste à faire car «le plus dur n’est pas d’atteindre le sommet mais de s’y maintenir. Pour l’heure savourons ce résultat», indique un enseignant.

A.O.T.