Par DDK | 4 Décembre 2018 | 2012 lecture(s)

M'CHEDALLAH - Circulation automobile

Le chef-lieu de daïra saturé

L'explosion du parc automobile ces dix dernières années n'a pas été accompagnée d’aménagements adéquats, ni d'un quelconque plan de circulation.

Aussi le chef-lieu de daïra de M’Chedallah s'est rapidement saturé, notamment depuis la création de la nouvelle ville qui n'est en fait qu'une extension de l'ancienne avec environ mille logements sociaux distribués à coté de centaines de locaux commerciaux. Il en résulte une sensible augmentation démographique sans que l'on pense à l'aménagement de parkings pour désengorger les rues et ruelles qui étouffent, notamment en fin de journée et quand tous les automobilistes rentrent chez eux. Cependant les voies d'accès les plus saturées sont le boulevard central modernisé de la nouvelle ville et la rue colonel Amirouche, qui sont en fait un tronçon de la RN30 qui traverse les deux villes en plein milieu dans le sens de la longueur. Les stationnements anarchiques des deux cotés ont réduit ces deux boulevards en une ruelle étroite où les croisements ne sont pas aisés. La même situation de saturation est aussi constatée à Raffour et Chorfa au niveau de leurs boulevards centraux qui est un tronçon de la RN15. Là aussi il faut slalomer et faire des acrobaties pour pouvoir franchir ce tronçon où l'on remarque même des stationnements en double file et des deux cotés. A Raffour, des files de véhicules immatriculés dans toutes les wilayas saturent le boulevard et gênent considérablement la circulation. Il arrive de voir même des poids lourds se garer devant les dizaines de restaurants bordant ce tronçon de la RN15 où des routiers s’arrêtent pour se restaurer et se reposer un peu. L’exigüité des accotements et les gabarits des semi remorques et autres poids lourds gênent la circulation et créent beaucoup de bouchons. Certes depuis l’ouverture de la pénétrante Ahnif Béjaïa, le trafic a quelque peu diminué, mais le problème de stationnement se pose toujours au niveau de la localité voisine de Chorfa. Le marché de l’informel des fruits et légumes improvisé aux abords de la route passant par cette localité est à l’origine des stationnements anarchiques et des énormes bouchons qui se forment au quotidien à hauteur de Chorfa. Les automobilistes, notamment les résidents de ces trois villes éprouvent toutes les difficultés du monde à dénicher une place pour la nuit et les routiers doivent user de beaucoup de patience pour dépasser ces gros centres urbains. Il est temps de réfléchir à l'aménagement de parkings pour au moins limiter cette anarchie. A Chorfa, le maire a confié récemment que l’APC est en train de travailler sur un projet d’un parking au chef-lieu. Il est même question de délocaliser ce marché informel. Mais à M’chedallah et Raffour, le problème risque de durer en l’absence de projets de parkings.

Oulaid Soualah.

0