Par DDK | 4 Décembre 2018 | 589 lecture(s)

TAMOKRA - La décharge communale déborde

La réalisation d’un CET, une urgence

La décharge communale de Tamokra, aménagée dans un endroit de la forêt Adrar Oumaza, finit toujours par déborder sur le CW23 qui passe par cette localité. En effet, les détritus enflant au fil des jours débordent sur la chaussée, gênant énormément la circulation automobile. Cela sans évoquer les émanations et autres odeurs nauséabondes qui indisposent et "agressent" les usagers de ce chemin névralgique dans cette région montagneuse. Pire encore, les déchets sont incinérés pour soi-disant réduire leur volume, ce qui rajoute malheureusement une autre couche à cette situation chaotique avec une pollution tous azimuts des lieux et de l'environnement immédiat. Un épais écran de fumées enveloppe les lieux en réduisant le plus souvent la visibilité pour les conducteurs qui passent par là, ce qui accroît les risques d'accidents. Et ce n'est malheureusement pas tout, des animaux errants, domestiques et sauvages, s’introduisent dans cette décharge sans clôture, pour fouiner et éparpiller les immondices dans tous les sens. Des voix se sont élevées parmi les habitants de la localité pour demander l'éradication pure et simple de cette décharge sauvage qui pollue l'environnement de cette belle région au couvert végétal riche et varié. La belle et verdoyante montagne d'Adrar Oumaza se trouve par conséquent amochée et enlaidie avec ces monticules de détritus jetés quotidiennement dans son "giron". La solution à cette situation délétère? L'on préconise ni plus ni moins la réalisation d'un centre d'enfouissement technique ou, à défaut, une déchetterie réglementée pour épargner à la nature les retombées néfastes de la pollution via ces dépotoirs sauvages qui avancent imparablement dans cette région agropastorale par excellence. «Je crois qu'il y a vraiment une nécessité impérieuse pour la réalisation d'un CET et ce afin de gérer de façon convenable les déchets de la commune ! Si on laisse cette situation comme ça, c'est tout l'environnement et la santé des citoyens qui vont prendre un sérieux coup», préconise un habitant de Tamokra.

Syphax Y.

0