Accueil Kabylie Le spectre des eaux stagnantes

Le spectre des eaux stagnantes

1625

L’artère principale du chef-lieu communal de Barbacha est devenu tel un marais en ce temps hivernal où une multitude de flaques d’eau pluviale envahit la chaussée sur un axe d’environ un kilomètre à travers la ville. Ce qui a provoqué de grands désagréments aux passants, les petits écoliers surtout, qui sont contraints de traverser cet axe, le seul et unique d’ailleurs, pour rejoindre leurs écoles.Les quelques travaux effectués sur la chaussée qui longe la RN 75 déjà en état de délabrement avancé, ont transformé les nids de poules en étendues d’eau stagnante qui proviennent de la neige. Au quartier la Cité comme au centre de la localité, c’est un véritable casse-tête que vivent les usagers de cette artère, surtout aux heures de pointe de la journée. Les passants s’adonnent à une véritable gymnastique, voire à une mêlée pour traverser ces “piscines” avant que les véhicules ne les arrosent.

Nadir Touati