Accueil Bgayet Le manque de transport persiste

Souk Oufella : Les années passent et se ressemblent pour la population locale

Le manque de transport persiste

2053

Pour beaucoup d’habitants de la commune de Souk Oufella, les années passent sans qu’une franche solution ne vienne mettre un terme à l’épineux problème qui hante leurs matinées, à savoir le manque de transport public. En effet, au niveau des trois principaux arrêts de la commune, à savoir Ayaten, Tiliouacadi et Souk Oufella, ce sont des centaines de personnes à attendre chaque matin, qu’un fourgon passe avec des places disponibles. Dotées d’une cinquantaine de fourgons de transport de voyageurs, les deux communes jumelles Chemini et Souk Oufella disposent d’un même point de départ, le lycée situé à Tala Ali. «Au petit matin, les fourgons démarrent avec cinq personnes à bord, nous explique un voyageur. Cependant, deux ou trois arrêts plus tard, le fourgon est déjà plein. Le suivant fait autant, et ainsi de suite, ce qui nous contraint à attendre une demi-heure à trois quarts d’heure, défiant le froid glacial du matin, la pluie et la neige parfois en guettant un fourgon pour espérer s’offrir une place. Et je ne vous dis pas combien de fois, je suis arrivé en retard au bureau». Une musette à la main, un autre travailleur adopte un ton râleur pour débiter sa colère : «Il faut voir l’enfer que nous vivons le dimanche matin, avec le retour des étudiants à l’université nous jouons parfois du coude avec nos enfants pour rallier le lieu du travail. C’est scandaleux !» Ce qu’il faut reconnaître dans ce problème qui paraît à première vue anodin, c’est la présence massive des voyageurs aux heures de pointe qui se regroupent anarchiquement aux abords des routes, loin des arrêts dignes de ce nom, au moment même où les fourgons sont à l’arrêt à l’autre bout du chemin. Le temps qu’un fourgon charge ses cinq voyageurs, les heures s’égrènent et l’attente devient insupportable. Et comme tout est relatif, la peur de la perte d’un emploi donne du tournis aux usagers qui aimeraient bien s’en passer volontiers.

Djaouti Mokhtar