Accueil Bgayet 30 poches de sang données à l’EPH d'Amizour

L’initiative est du CRA de Feraoun

30 poches de sang données à l’EPH d'Amizour

1969

Quelques 30 poches de sang ont été prélevées par le CTS de l’EPH d’Amizour, lors d’une opération de don collective organisée, le dimanche soir dernier, par la section communale du CRA de Feraoun. Une action humanitaire et de solidarité avec les malades qui est des plus louables, en ce mois de ramadhan caractérisé par des actions de bienfaisance et d’entraide. Cela explique cette volonté de se déplacer, depuis leur localité Feraoun, distante d’Amizour d’environ 20 Km pour venir à l’hôpital, pour offrir un peu de leur sang au profit des malades nombreux à se trouver dans le besoin d’une transfusion sanguine, sinon à faire face aux cas d’urgence.

Parmi ces bénévoles, il y a ceux, qui sont des donneurs réguliers comme le jeune Fahem A., qui dit avoir fait don de son sang à chaque fois que l’occasion s’est présentée, invitant les autres jeunes à faire pareil, en les rassurant qu’il se sent plus en forme, depuis qu’il est devenu donneur. Hafit Benmensour, président du CRA de Feraoun, de son côté dit, que cette initiative est devenue une tradition avec un engouement constaté chaque année, quant aux nouveaux donneurs de sang qui rallient le cercle et c’est l’objectif premier de ce comité d’encourager les gens à offrir un peu de leur sang pour sauver des vies humaines.

«Toutefois cela reste insuffisant pour couvrir l’intégralité des besoins de cette structure hospitalière», dit le médecin du CTS, sachant que l’EPH d’Amizour est doté de plusieurs services hospitaliers, à l’image de l’oncologie et des urgences ou le besoin en ce liquide vital est très ressenti. L’élan de solidarité lors de ce mois sacré ne s’arrête pas au don de sang pour le CRA de cette commune, puisque l’on s’apprête à sacrifier deux bœufs pour offrir de la viande aux familles pauvres, à l’occasion de la fête de l’Aïd, car comme le veut la tradition, la viande est omniprésente dans les plats servis lors de ces fêtes, tandis que son prix n’est pas à la protée de tous les ménages.

Nadir Touati