Accueil Bgayet Validation du label IG pour la figue sèche de Béni Maouche

Commission nationale de labellisation

Validation du label IG pour la figue sèche de Béni Maouche

2072

Le label Indication Géographique (IG) pour la figue sèche de Béni Maouche et Deglet Nour de Tolga a été validé par la commission nationale de labellisation, a annoncé à l’APS un cadre au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche (MADRP). Rencontrée à Tizi-Ouzou lors d’une journée technique sur la « labellisation des produits du terroir et la vulgarisation des cultures hydroponiques », organisée mercredi par la direction locale des services agricoles (DSA), Allouani Amel, ingénieur à la Direction de la production et de la régulation des productions agricoles du MADRP, a expliqué que ce label IG qui est une identification de l’indicateur géographique de ces deux produits du terroir algérien, permettra de les protéger sur le marché de l’exportation. Le label IG, qui garantit la qualité et l’origine du produit, attribué à la figue sèche de Béni Maouche, couvre 11 communes de la wilaya de Béjaïa et autant dans la wilaya de Sétif, productrices de ce fruit. Pour la datte Deglet Nour de Tolga, l’IG Deglet Nour de Tolga concerne une dizaine de communes de la wilaya de Biskra. « Ces produits son notre identité et nous devons les protéger », a indiqué pour sa part, Ait Ali Karima de l’Institut technique des élevages (ITELV), citant l’exemple de Deglet Nour qui existe uniquement en Algérie, mais que malheureusement d’autres pays voisins exportent comme étant leur produit. « Le Label IG Deglet Nour de Tolga est un moyen de la protéger comme produit exclusivement algérien, et elle sera dorénavant exportée sous ce label avec un cahier de charges bien défini », a-t-elle assuré. L’indication géographique d’un produit du terroir répond à certaines exigences dont la ressemblance dans les conditions de production (notamment climatiques et environnementales), de la conduite des cultures et du savoir-faire traditionnel qui doit être commun à l’ensemble du territoire concerné par ce label, ont expliqué les participants à cette journée technique abrité par l’Institut de technologie moyen agricole spécialisé en agriculture de montagne (ITMAS) de Boukhalfa. Mme Allouani a expliqué durant son intervention, les différents systèmes de labellisation et de reconnaissance de la qualité par des signes distinctifs. Il s’agit des indications géographiques, des appellations d’origine, du label agricole de qualité et du label de l’agriculture biologique. Ce même cadre du MADRP a indiqué à l’APS que la principale contrainte à la labellisation des produits du terroir algérien est l’absence ou le manque d’organisation des professionnels du secteur, une organisation qui leur permettra d’améliorer la qualité de leurs productions et présenter ensuite des dossiers de demande de labellisation. Elle a souligné que le département ministériel qu’elle représente a déjà recensé une centaine de produits du terroir susceptibles d’être labellisés. Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, la direction des services agricoles a récence, pour sa part, quatre produits qui sont la figue, l’huile d’olive, le miel et la cerise, opération qui pourrait s’étendre à d’autres produits, a-t-on indiqué lors de cette rencontre.