Accueil Bgayet Le maire «malade» des déchets ménagers de la commune

Aït R'zine

Le maire «malade» des déchets ménagers de la commune

2393

La gestion des déchets ménagers dans la commune d’Aït R’zine, 85 kms au Sud-ouest de Béjaïa, demeure toujours problématique. « Au jour d’aujourd’hui, nous n’avons pas une décharge communale réglementée, où nous pourrions acheminer les ordures ménagères de notre commune », tranche avec beaucoup d’amertume le P/APC d’Aït R’zine, M. Cherif Mekhlouf. En effet, la municipalité d’Aït R’zine ne possède pas un site approprié pour le jet des déchets ménagers, à défaut de terrain. Cela n’est pas sans conséquences néfastes sur la salubrité publique qui est sérieusement entamée! Résultat: des dépotoirs sauvages voient le jour, un peu partout dans cette commune. Ils enflent au fil des jours, sans qu’une solution finale ne soit trouvée. « C’est un grand problème pour notre commune. Nous nous sommes démenés par-ci et par-là pour trouver une solution à ce problème, mais malheureusement, nous n’avons aucun résultat probant », regrette M. Mekhlouf. Les autorités communales, pour remédier un tant soit peu à ce grave problème de gestion des déchets, se voient contraintes de solliciter d’autres localités, souvent en dehors de la wilaya de Béjaïa, afin de « dépanner » la commune et la soulager des tonnes d’immondices générées par les ménages. « Mais cette situation va durer jusqu’à quand? », se demande notre interlocuteur. Pour le moment, aucune solution finale n’est trouvée à ce problème lancinant, qui touche directement à la santé publique et à l’environnement. Néanmoins, une solution est envisagée, selon toujours notre vis-à-vis, laquelle consiste en le transfert des déchets ménagers dans un centre d’enfouissement technique situé dans la wilaya voisine de Bouira. D’après le maire, le CET en question aurait donné son accord de principe pour solutionner ce grave problème d’insalubrité publique en exigeant l’autorisation de la wilaya de Bouira. « Nous avons sollicité notre wilaya afin d’intervenir auprès de celle de Bouira pour trouver une solution à ce grand problème », affirme-t-il.

Syphax Y.