Accueil Bgayet Y a-t-il un service voirie à la mairie ?

Boudjellil Le CW42 envahi par la boue

Y a-t-il un service voirie à la mairie ?

1093

A chaque intempérie, le chemin de wilaya 42 (CW42), qui passe par la commune de Boudjellil en s’étalant sur 15 kms, devient presque impraticable à cause du déferlement des eaux pluviales et de la boue sur la chaussée. En effet, ce chemin, qui relie les wilayas de Béjaïa et Bouira, se trouve en proie au délabrement et à la dégradation dus aux aléas de la nature et au passage quotidien d’un nombre impressionnant de véhicules de gros tonnage qui usent sa couche bitumeuse. Ce tronçon névralgique a été réhabilité en 2011 sans toutefois bénéficier de travaux d’entretien et de consolidation. Résultats des courses: les lisières du chemin sont creusées par les eaux des pluies qui y stagnent, et sur le bitume il y a l’apparition des crevasses multiples, des nids-de-poules et des ornières qui font que la circulation automobile ne soit pas de tout repos. Il y a lieu de soulever, dans le même sillage, un point noir du CW42 lequel est situé juste au point de jonction entre ce chemin et la RN106 au village d’Aftis dans la même commune de Boudjellil. Effectivement, dans cet embranchement d’Aftis, il existe un cratère, d’environ 1.5 mètre de diamètre et d’environ 40 cm de profondeur, lequel gêne énormément la circulation automobile. A la tombée de la pluie, ce grand trou se remplit d’eau et de boue. Jusqu’à présent, l’APC de Boudjellil n’a pas réagi pour résorber ce cratère dangereux qui peut causer de graves accidents. Les usagers qui empruntent ce chemin, « pestent » contre l’état délabré de la chaussée en voyant leurs véhicules chavirer et secoués par les aspérités de l’asphalte. Même s’il existe des endroits de cet axe qui sont indemnes, il n’en demeure pas que ces segments du CW42 se comptent sur les doigts d’une main. Dans le même sillage, il est aussi relevé l’étroitesse de ce tronçon, d’où cet énorme problème qui survient lorsque deux véhicules, notamment de gros tonnage, se croisent. Là il faudra toujours à l’un d’entre eux de « mettre » les roues sur les accotements, échancrés par l’usure, sous peine de télescopage. Et c’est ce qui arrive le plus souvent lorsque deux automobilistes « têtus » se disputent la bande étroite du bitume, ce qui cause des chocs qui altèrent le devant des véhicules et les accessoires externes (rétroviseurs,…). Néanmoins, les usagers de ce chemin, surtout les routiers, ne désespèrent pas de voir la partie de la pénétrante, qui va d’El Adjiba vers Akbou, ouvrir prochainement pour atténuer, un tant soit peu, le calvaire de la circulation sur le CW42 en proie au délabrement, en attendant que toute l’autoroute d’El Adjiba – Béjaïa soit complètement ouverte.

Syphax Y.