Accueil Bgayet Le tronçon de la mort !

Souk El Tenine - Kherrata

Le tronçon de la mort !

8295

Le tronçon de la RN9, allant de Tizi N’Bechar jusqu’à Souk El-Tenine, long d’environ cinquante kilomètres, constitue un itinéraire dangereux, où la fréquence des accidents est élevée.

La forte déclivité de la route, les virages sinueux, la densité de la circulation et la route étroite, étant conçue en double sens seulement, sont autant de facteurs qui font les accrochages et les accidents souvent meurtriers. Ces derniers augmentent d’ailleurs sensiblement. Mais, selon diverses observations des services de sécurité, la raison principale de cette situation est l’attitude des conducteurs, surtout des camionneurs. Ces derniers, vides, ils roulent à tombeau ouvert sur la route, tentant de rattraper le temps perdu dans les embouteillages. Ils effectuent ainsi des dépassements, assez souvent, dangereux sans se soucier des dégâts qu’ils peuvent causer aux véhicules légers qui roulent à proximité ou en contre-sens. Chargés, et bien souvent surchargés, ne respectant même pas la distance de sécurité, ils se traînent à une allure d’escargot causant des kilomètres de bouchon derrière eux, et là les dommages qu’ils causent sont amplifiés : dans les montées, ils roulent à une vitesse moyenne de 15Km/h ce qui pousse d’autres conducteurs, toujours pressés, à les dépasser en effectuant des manœuvres dangereuses pour eux-mêmes et pour autrui. «Dans les descentes, à cause du poids, leurs freins chauffent et lâchent parfois, alors, ils deviennent de véritables machines endiablées écrasant tout sur leurs passages», nous dira un usager de cette route qu’il fréquente quotidiennement. Et de rappeler : «souvenons-nous de ce qui s’est passé dans l’agglomération de Kherrata le 25 juillet passé, quand le conducteur d’un camion a abandonné son véhicule devenu incontrôlable et qui a fini par écraser quatre femmes d’un coup. Aussi, le camion qui a perdu ses freins sur le pont de Bordj-Mira, il y a de cela une année, causant la mort d’une mère et de son enfant». Ce qui n’arrête pas de surprendre, poursuit-il, c’est que malgré tous ces accidents causés par la surcharge, les camionneurs et leurs véhicules surchargés passent via les barrages de contrôles sans être inquiétés. Les citoyens de la commune d’Ait-Smail et du village Anekouche sont inquiets, car, des camions surchargés de gravillons de la carrière de Bouandas n’arrêtent pas d’emprunter le CW n°6 pour rejoindre la RN9. Ils appréhendent sans arrêt qu’un de ces mastodontes, en perdant ses freins dans une descente ne vienne carrément s’engouffrer dans une habitation et causer l’irréparable, ou, balayer, carrément, ce qui peut se trouver sur son passage. Pourtant, la solution existe bel et bien. Un simple pèse-essieux (pont bascule automatique mobil), installé au niveau du barrage fixe de la gendarmerie nationale de Bordj-mira, mettra définitivement fin à cette hécatombe. Une démarche qui aura comme premier objectif de lutter contre le sur-tonnage des camions, la principale cause d’accidents mortels sur cette tranche de la RN9.

Saïd M.