Accueil Bgayet La cueillette des baies de l'aubépine bat son plein

Ighil Ali

La cueillette des baies de l'aubépine bat son plein

1123

La commune d’Ighil Ali est perchée en zone montagneuse qui fait son charme. Les cimes abruptes et les collines tapissées tantôt d’oliviers tantôt de pins d’Alep offrent un panorama époustouflant surtout dans les environs de Boni, El Kelâa Nath Abbas, Tazla et autres. Depuis quelques jours déjà il y a ce fruit sauvage qui pousse dans ces contrées et qui fait le bonheur des habitants tant il est apprécié pour sa saveur à la fois sucrée et acidulée. Il s’agit des baies d’aubépine, appelée en kabyle Zaârour ou Touvrazt n lekvayel. Ce fruit qui pousse à l’état naturel a mûri, ces jours-ci, au grand bonheur des jeunes et des enfants notamment qui en récoltent sans réserve. Sur les hauteurs de cette localité, cet arbre fruitier existe en grand nombre aux côtés du chêne qui produit, lui, le gland. Cependant de par le monde il existe plusieurs variétés d’aubépines comme « grand calice », « Altaïque », « rouge sang » et « Pontic » pour ne citer que ces variétés. Cette dernière prédomine largement dans cette région des Ath Abbas, où ses arbres poussent surtout en altitude sur des terrains escarpés, d’où la difficulté de récolter les fruits juteux ! Les baies sont caractérisées par leur couleur jaune qui tire souvent vert l’orange. A leur maturité avancée, ces fruits deviennent pulpeux, moelleux et surtout sucrés avec une légère saveur acidulée. Le long de la RN106 qui passe par la commune d’Ighil Ali, les usagers peuvent apprécier ces arbres chargés de baies d’aubépine. De l’entrée sud d’Ighil Ali jusqu’à Boni, cet arbre parsème les falaises et les accotements abruptes de la RN106. Des jeunes s’emploient à cueillir ces baies avec délectation en s’en gavant la bouche ! Des automobilistes de passage marquent des haltes pour récolter quelques « groseilles » même si la tâche s’avère parfois difficile à cause du terrain pentu! Par ailleurs, ce fruit n’est pas seulement cueilli pour la consommation, certaines personnes, des jeunes notamment, le vendent dans les localités environnantes, au chef-lieu d’Ighil Ali, Akbou, Tazmalt, etc.

Syphax Y.