Accueil Bgayet La polyclinique sous pression

Taskriout

La polyclinique sous pression

605

La polyclinique de Taskriout, sis à hauteur de Bordj Mira, le chef-lieu de la commune, fait l’objet de récriminations et d’inimités des usagers de la santé. «La structure est d’une telle exigüité qu’il est malaisé d’accéder à ses différents services, qui sont pourtant nombreux. Les locaux sont constamment bondés, si bien que même le service d’accueil et d’orientation est devenu inopérant», vitupère un père de famille de Bordj Mira. «Tous les espaces sont saturés. Souvent livrés à leurs gémissements, les malades ne trouvent même pas d’espace pour s’asseoir et attendre paisiblement leur tour. Cela crée inévitablement des tensions parmi les patients qui crient leur colère et leur mécontentement en face d’un personnel dévoué mais impuissant», témoigne un autre usager de la santé. Les responsables de l’EPSP de Kherrata, dont dépend cette polyclinique, disent partager les préoccupations des citoyens et s’attèlent à y apporter des solutions. «Il y a trop de services dans un espace réduit comme un mouchoir de poche. Cela se déteint sur la qualité des prestations et donne lieu à des tensions et des insatisfactions», relève-t-on. En guise de solution transitoire et non moins provisoire, il est envisagé de désengorger la structure en externalisant le service de la protection maternelle et infantile (PM). «Nous avons convenu d’agir en étroite collaboration avec les responsables de l’APC, qui se sont engagés à œuvrer dans le sens de l’amélioration des prestations de soins», a indiqué un responsable de l’EPSP. Du côté de l’APC, on se dit «disposés à appliquer toute solution de nature à donner un plus pour la santé». Dans ce registre, un membre du staff communal déclare que la solution radicale réside dans l’inscription d’une nouvelle polyclinique au profit de la commune. «Nous avons proposé l’implantation de ce projet au niveau du POS N°8. Nous avons bon espoir que notre doléance soit prise en considération», a-t-il soutenu.

N. M.