Accueil Bgayet 50 minibus pour les communes

Transport scolaire

50 minibus pour les communes

114

Pas moins de 50 minibus, destinés au renforcement du transport scolaire, ont été acquis, dernièrement, par la wilaya de Béjaïa au profit des communes, a-t-on appris d’une source de la wilaya.

«Ces bus, dont la distribution a été entamée avant-hier, ont été achetés dans le cadre du programme du fonds commun des collectivités locales, initié par le ministère de d’Intérieur», a affirmé la même source. «Au total, 50 bus seront distribués au cours de cette semaine au profit des communes de la wilaya de Béjaïa.

L’opération de distribution a été entamée, hier (lundi, ndlr) en présence des présidents des APC concernées, qui ont affiché leur satisfaction pour cette initiative et leur soulagement, puisqu’elle vient renforcer le transport scolaire tant attendu au niveau de leurs communes», a-t-on souligné. Par ailleurs, le renforcement du transport scolaire, notamment au niveau des communes enclavées et dont les établissements scolaires sont loin des habitations, s’inscrit, explique-t-on, dans le cadre de l’encouragement de la scolarisation des enfants. «L’objectif des autorités locales est la lutte contre l’abandon scolaire, notamment des filles, et d’encourager la scolarisation des enfants en général», indique-t-on.

À noter que l’actuelle année scolaire est marquée par plusieurs mouvements de protestation enclenchés par des élèves réclamant le transport. C’était le cas de dizaines d’élèves du collège de l’enseignement moyen (CEM) de Merouaha, dans la daïra de Kherrata, qui avaient procédé, à maintes reprises, au blocage de la RN9 à la circulation routière pour réclamer le ramassage scolaire. Les collégiens du CEM Merouaha sont contraints de parcourir plusieurs kilomètres à pieds pour rejoindre les bancs de l’école. «Nos enfants souffrent cruellement pour se rendre à l’école. Ils sont obligés de parcourir, quotidiennement et à pieds, 14 kilomètres en aller-retour. Nous avons, à maintes fois, soulevé ce problème aux autorités municipales, an vain», a témoigné un parent d’élève.

B. S.