Accueil Bgayet Chemini / La pluie entre grâces et risques

Chemini / La pluie entre grâces et risques

2046

Comme toute substance, la pluie n’a pas que des vertus. Cela se vérifie de visu et chaque jour davantage dans plusieurs endroits de la commune où le pire peut survenir d’un instant à un autre, où des vies humaines surtout sont en jeu. Sur tout le territoire de la commune, au moins trois endroits représentent une menace directe par l’alchimie terre-eau ! D’abord, sur le chemin d’Ath Zadi. La terre s’est affaissée en contrebas, les gabions disloqués, le bitume fissuré pour ne laisser qu’une maigre portion en possibilité d’usage. Cependant, ce coupe-gorge est malheureusement situé à deux mètres de plusieurs habitations, où le moindre mouvement du sol mettrait à néant contenant et contenus : bâtisses et habitants qui vivent dans une angoisse permanente. Non loin de là à El Medjber, lieudit situé au village Loudha, une surface circulaire d’une centaine de mètres de circonférence à lâché ; un puits s’est enfoui, des arbres sont arrachés, poteaux électriques penchés et plus grave encore ; des habitations sont fissurées, à deux doigts de l’abime qui grandit sous l’effet des trombes de pluies. Même son de cloche au lieudit Targa, sis au village Semaoune. La moitié du chemin est arrachée par un violent affaissement du sol survenu au printemps passé tandis que l’autre moitié menace ruine chaque jour que le ciel déverse ses réserves. Ainsi, les piétons et conducteurs craignent à juste titre qu’ils se trouvent isolés du monde du jour au lendemain à cause d’une grande bourrasque. Là ou le b blesse les habitants des trois villages, avouent-ils à l’unanimité c’est que plusieurs demandes (de secours) ont été adressées aux autorités locales et wilayales mais le silence radio demeure. Les pluies de ces derniers jours qui continuent crescendo ne sont vraiment pas de bon augure, disent les concernés. Plus elles tombent, plus le sol s’ouvre et disloque les habitations. Et ils ajoutent, le « je m’en foutisme » prosaïque des autorités n’est guère un bon signe. Et pendant ce temps, la terre se creuse inlassablement, prête à avaler des vies humaines !

T. D.