Accueil Bgayet Les auto-écoles dans la rue

Les auto-écoles dans la rue

2312

La procession s’est ébranlée à hauteur du circuit d’auto-école -un pan d’asphalte avec une bordure de trottoir-, pour se diriger vers le siège de l’APC, sis à l’ancienne ville. Sur un parcours de près de 500 mètres, les véhicules ont roulé pare-choc-contre pare-choc, à grand renfort de klaxons.

C’est le branle-bas de combat chez les gérants d’autos écoles d’Akbou. Il est vrai que ces derniers se sont montés le bourrichon durant de longs mois, quant à la prise en charge de leur doléances, maintes fois portées à la connaissance des pouvoirs publics. Mais ne voyant rien venir, leur syndicat a fini par se résoudre à fourbir ses armes et à battre le rappel de ses troupes pour engager une énième action de rue, à l’effet de crier sa gouaille et vitupérer contre l’incurie des autorités locales.
Cela s’est passé au milieu de l’après-midi de mercredi dernier. Les 26 gérants d’autos écoles qui se sont donnés le mot, étaient tous au rendez-vous pour une marche escargot dans la ville d’Akbou. La procession s’est ébranlée à hauteur du circuit d’auto école -un pan d’asphalte avec une bordure de trottoir-, pour se diriger vers le siège de l’APC, sis à l’ancienne ville. Sur un parcours de près de 500 mètres, les véhicules ont roulé pare choc contre pare choc, à grand renfort de klaxons. Ayant manifestement à cœur de se faire entendre, les protestataires ont assiégé l’esplanade de la mairie en y stationnant leurs véhicules. L’édile communal n’a pas tardé à sortir de sa réserve. Il s’en est suivi une prise de bec avec le représentant des autos écoles, mais la tension est vite retombée et les esprits rassérénés. Tout est bien qui finit bien, pour ainsi dire, puisque les deux parties ont convenu de s’asseoir autour d’une table pour essayer de trouver un compromis. La réunion s’est tenue en présence du chef de daïra, convié pour l’occasion. «Nous avons obtenu l’annulation de l’autorisation d’exploitation de l’actuel circuit d’auto-école à des fins de parking, en attendant l’aménagement prochain d’un autre circuit au niveau de Bouizane», nous a confié à l’issue de l’entrevue, M. Achour Amri, le représentant syndical des auto-écoles. «Nous attendons pour voir…», ajoute-t-il,

N. Maouche