Accueil Bgayet Au bout de 40 ans, la délivrance

TAMRIDJT - Logements RHP

Au bout de 40 ans, la délivrance

346

C’est la liesse chez les 26 attributaires de logements sociaux de type RHP (Résorption de l’habitat précaire) du village Laâlam dans la commune de Tamridjt.

Les heureux bénéficiaires ont pris les clés de leurs appartements, la veille de la célébration du 57e anniversaire de l’Indépendance et de la Jeunesse. Pour ce père de famille de trois enfants, cet événement est une véritable résurrection, après plusieurs décennies de précarité extrême.

«Vivre 40 ans dans une bicoque menaçant ruine, c’est à la limite du supportable. C’est pourtant dans ces conditions d’insalubrité et de promiscuité que mes enfant sont nés et ont vécu jusqu’à l’âge adulte», lâche-t-il, heureux d’avoir un nouveau toit.

«Endurer durant une si longue période des conditions aussi extrêmes, ça laisse fatalement des séquelles. Mais qu’à cela ne tienne, puisque mes tourments font désormais partie du passé», ajoute-t-il. La mine éclairée par un large sourire, un sexagénaire attributaire d’un logement RHP avoue avoir cohabité avec un frangin dans une vieille maison.

«La cohabitation n’était pas facile, car nous vivions à l’étroit avec beaucoup de parties communes, comme la cuisine et les sanitaires. Nos enfants ont souffert le martyre. Chaque jour, on devait se mobiliser pour aller chercher de l’eau, car il n’y avait pas de réseau d’AEP, encore moins d’eau potable. A présent, je rends grâce au ciel et remercie les autorités, car je suis soulagé d’avoir tourné la page pour une vie meilleure», dit-il soulagé.

D’aucuns parmi ces attributaires soulignent avoir été contraints de louer chez des privés à des prix exorbitants. «Une bonne proportion de mes revenus sont consacrés au paiement du loyer. Les locataires, qui n’ont pas de travail, se voient obligés de s’endetter pour honorer leurs échéances», affirme un jeune père de famille.

«Cette vie de damné fut longue, très longue, autant dire une éternité. Maintenant, Dieu merci, on se sent revivre, comme un sphinx qui renaît de ses cendres», déclare un autre attributaire.
N Maouche.