Accueil Bgayet Bouhitem interpelle les autorités !

BOUHAMZA - Manque d’eau, de transport, de gaz…

Bouhitem interpelle les autorités !

70

Les habitants du village Bouhitem, commune de Bouhamza, lancent un cri de détresse, en raison de leurs conditions de vie laborieuses. Les villageois montent en épingle une kyrielle de carences et d’insuffisances, qui les accablent au quotidien. De quoi boire le calice jusqu’à la lie, a fortiori, quand on est dépourvu de moyen de transport. Ce dernier s’avère indispensable pour aller chercher l’eau potable, qui n’est servie qu’une fois par semaine.

«La pénurie en eau potable est une contrainte majeure. L’eau coule des robinets avec un débit faible et durant une petite plage horaire, ce qui rend difficile le remplissage des jerricans», peste un retraité. «C’est absurde d’avoir les pieds dans l’eau du barrage Tichi Haf et de ne pas profiter pleinement de cette ressource», dira un villageois sur un ton ironique. «La corvée d’eau est quotidienne. Parfois, trouver un point d’eau pour s’approvisionner n’est pas évident», relate-t-il. L’absence d’une navette de transport est un autre point noir, qui confine la population à l’enclavement. Vaquer à ses occupations ou se rendre au travail relèvent de la croix et la bannière.

«Il n’y a aucune navette de transport desservant notre village. Pour rallier le chef-lieu de la commune, ou une quelconque ville de la Soummam, il faut faire une trotte de plusieurs kilomètres jusqu’au village Ighil Ntala et guetter le passage d’un taxi-bus», témoigne un jeune citoyen. Même le chemin vicinal faisant jonction entre le village Tasfirt et Bouhitem n’est que partiellement bitumé. Les travaux ont été suspendus pour permettre le passage d’un réseau d’AEP, indique-t-on du côté de l’APC.

«Le chantier de cette route sera relancé dès l’achèvement du projet d’adduction d’eau», assure un élu. De nombreux habitants de Bouhitem mettent en exergue l’absence d’équipements publics dédiés aux jeunes, le retard dans l’extension du réseau électrique dans certains quartiers et le gaz naturel qui n’arrive toujours pas dans les foyers. «Les citoyens sont tourmentés par les carences de tous genres. Ils n’ont même pas le minium vital. Nos doléances ne sont pas prises en considération», ajoutera un homme d’un certain âge.
N. M.