Accueil Bgayet Débrayage à l’ADE

Grogne sociale

Débrayage à l’ADE

63

Les travailleurs de l’Algérienne des eaux (ADE) de la wilaya de Béjaïa ont entamé, hier, une grève de deux jours (14 et 15 octobre). Ils réclament l’amélioration de leur situation socioprofessionnelle et principalement la révision de la grille des salaires. Cette grève, à laquelle a appelé la Coordination syndicale de l’unité de Béjaïa, affiliée à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a été largement suivie par les employés des différentes agences locales de l’ADE existant à travers le territoire de la wilaya. Les grévistes, qui se sont rassemblés au niveau de leurs lieux de travail, ont brandi des pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «On ne veut plus vivre comme des esclaves, on veut un salaire digne de nos efforts», «Nous réclamons la révision de nos salaires», «Nous sommes en réanimation» ou encore «Jusqu’à quand avec vos magouilles ?»

En ce qui concerne leurs salaires de base, les protestataires demandent sa revalorisation. «Notre salaire de base est de 14 000 DA. Ce n’est pas un salaire, c’est une humiliation. Il ne suffit même pas pour tenir 10 jours», tempête l’un des grévistes. Dans ce sens, ils dénoncent la sourde oreille des pouvoirs publics quant à leurs doléances. «On se trouve encore une fois dans l’obligation de tirer la sonnette d’alarme, au sujet de la révision de la grille des salaires, et ce suite au refus de la tutelle de répondre aux revendications légitimes des travailleurs», a dénoncé dans un communiqué, la Coordination syndicale des employés de l’Algérienne des eaux de Béjaïa.

Par ailleurs, les protestataires déplorent aussi le renoncement de la Direction générale à son engagement pris, au mois de juin dernier, de se pencher sérieusement sur leur revendication, liée à la révision de la grille des salaires. «Une commission paritaire, composée des membres du syndicat national et d’autres désignés par la Direction générale a été installée afin d’étudier et d’élaborer une nouvelle grille des salaires. Mais depuis l’installation de cette commission, nous n’avons reçu aucune information sur l’évolution des travaux qu’elle a entamés (…) Et lors de la visite du secrétaire général du ministère des Ressources en eau, le 30 septembre dernier, à Béjaïa, il nous a, malheureusement, informés que la révision de la grille des salaires n’est pas à l’ordre du jour», se sont indignés les travailleurs de l’Algérienne des eaux.

B. S.