Accueil Bgayet Des citoyens désemparés

TIFRA - La mairie toujours fermée à quelques jours de la rentrée scolaire

Des citoyens désemparés

125

La rentrée scolaire et sociale approche à grands pas, alors que le siège de l’APC de Tifra demeure scellé par une partie des citoyens de cette commune, et ce, depuis le début du mois de juillet dernier.

Cette situation devient insupportable, puisqu’elle pénalise fortement les citoyens de la région qui ont besoin d’établir des documents d’état civil ou autres papiers pour constituer des dossiers administratifs. Trois élus, formant l’opposition au sein de cette assemblée communale, ont déjà dénoncé dans un communiqué «un étranglement des administrés dans leurs différents besoins».

Même son de cloche auprès de la population locale. «À l’approche de la rentrée scolaire, les citoyens, surtout les étudiants, ont besoin des documents d’état civil. Aussi, beaucoup d’autres citoyens sollicitent les services techniques de l’APC pour diverses raisons. Ce sont finalement les citoyens de la commune de Tifra qui souffrent de la fermeture du siège de leur mairie», a souligné un habitant de cette municipalité, tout en appelant à la réouverture du siège de cette APC.

Pour rappel, des citoyens de la commune de Tifra réclament dans une plateforme de revendications contenant au total 15 points l’amélioration de leur cadre de vie par la réalisation de projets, entre autres, d’AEP, de raccordement au gaz de ville, de revêtement des routes, de logements et de construction d’établissements scolaires. Dans une déclaration rendue publique, des élus de l’opposition à l’APC de Tifra imputent à l’édile communal l’entière responsabilité de la situation de blocage et de crise dans laquelle se trouve la mairie de Tifra, depuis presque deux mois.

«La situation au niveau de la commune de Tifra ne fait que s’altérer davantage. Depuis la fermeture du siège de l’APC de Tifra, aucune tentative sérieuse n’est engagée par le P/APC et son staff exécutif pour dénouer la crise, à part la formulation de deux timides communiqués, empreints de menaces, ne visant qu’à accentuer l’opacité dans la gestion des affaires de la commune. Nous, élus d’opposition, nous interrogeons sur cette attitude de silence, synonyme de fuite en avant (…), adoptée par le P/APC vis-à-vis de la situation actuelle qui tend au pourrissement», lit-on dans la déclaration de ces élus de l’opposition.

Ce blocage, qui n’a que trop duré, a provoqué, selon ces mêmes élus, «le marasme des employés suite au non-paiement de leurs mensualités dû à une volonté délibérée les pénalisant en vue d’accentuer les tensions pour provoquer plus d’anarchie». En outre, cette crise a entraîné des dysfonctionnements dans la collecte des ordures ménagères.

«Cette situation a entraîné un cumul de déchets ménagers infectant la majorité des villages et de nouvelles décharges anarchiques sont apparues aux quatre coins de notre commune», a-t-on déploré. Ainsi, le maire de Tifra est appelé par ses détracteurs à se ressaisir, avant que la situation ne se corse.

«La rentrée sociale est sur le seuil. Si les mesures nécessaires tardent à être prises, la situation se compliquera davantage et c’est toute la commune qui en subira les conséquences», ont encore averti les élus de l’opposition au sein de l’APC de Tifra.
B. S.