Accueil Bgayet Des soirées ramadanesques moroses !

Boudjellil

Des soirées ramadanesques moroses !

289

Les soirées ramadanesques au village Boudjellil de la commune du même nom sont mornes et sans aucun attrait. Les lieux de distraction et d’évasion manquent cruellement dans ce patelin, habité par environ 6 000 âmes. Après la rupture du jeûne, les habitants sortent dans la rue pour digérer et passer de bons moments. Mais les lieux de loisirs font défaut dans cette contrée rustique, rendant les soirées monotones et sans aucun charme, ni attrait. Ainsi donc, après chaque rupture du jeûne, la place publique Takindoucht, le «cœur» de ce grand village, se trouve bondée de monde.

Les bancs installés dans cette placette s’avèrent insuffisants pour contenir tous les «veilleurs». Les cafés sont aussi pris d’assaut. Certains habitants véhiculés préfèrent passer leurs soirées dans les villes voisines, comme Tazmalt et Akbou, où, paraît-il, il y a plus d’animation dans les rues. Les jeux du hasard, principalement le «Loto», font également partie de ces soirées moroses. Des locaux sont aménagés pour s’adonner à ces jeux auxquels quelques-uns sont carrément « addict ». Les fidèles, pour leur part, se rendent à la mosquée du village pour la prière de « Tarawih ».

Grosso modo, les soirées au niveau de cette localité n’ont rien de spécial, comme le dira un villageois: «Les soirées du Ramadhan à Boudjellil ne sont vraiment pas attrayantes en ce sens que le village n’abrite aucune animation particulièrement joviale : ni galas, ni tournois sportifs… Les jeunes, par conséquent, ne trouvent plus où se distraire. Cette situation est d’autant plus regrettable que notre patelin dispose d’un centre culturel, achevé à 100 %, qui n’est pas encore fonctionnel, car sans personnel et matériel».

Syphax Y.