Accueil Bgayet Faible engouement pour l’Aderyis

Fête du printemps

Faible engouement pour l’Aderyis

159

Comparativement aux ans précédents, la fête du printemps berbère (Amagar n’tefsut) a été célébrée timidement cette année à travers la wilaya de Béjaïa. Leurs préoccupations étant ailleurs, la plupart des habitants ont fait l’impasse sur cette tradition à l’occasion de laquelle on déguste collectivement le fameux couscous au thapsia (Aderyis). Un plat traditionnel particulier que les femmes amazighes ont l’habitude de préparer au début de chaque printemps du calendrier agraire amazigh.

A pareille période, c’est à dire la première quinzaine du mois de mars et dans pratiquement chaque commune et chaque village, les maisons de jeunes, les maisons de la culture et autres espaces culturels organisaient des expositions-ventes de produits du terroir, comme la poterie, les robes kabyles, les gâteaux traditionnels et les bijoux en argent.

Selon Na Fatma, une femme âgée de l’arrière-pays de Béjaïa, le secret du couscous au thapsia consiste a cuire, dans une marmite, les racines et les feuilles de thapsia avec sept autres branchettes d’arbres ou de plantes, comme celles du caroubier, de l’olivier, du lentisque, du pin, de la lavande, de l’asperge… et des œufs. A la fin de la cuisson, seuls les œufs sont mangés. Le mélange des herbes n’aura donné qu’une saveur et un parfum particuliers au couscous qu’on imbibe à volonté d’huile d’olive.

Cette recette, le village Bouzoulème, dans la commune d’El-Kseur, la conserve jalousement. Contrairement à beaucoup d’autres contrées, ce patelin n’a pas rate ce rendez-vous agraire. L’association locale a fait un appel aux dons alimentaires pour célébrer comme il se doit l’événement. L’un des seuls autres villages à avoir mis le paquet pour l’accueil du printemps, c’est Djebla, à l’extrême Nord-ouest de la wilaya de Béjaïa.

Là, en plus de la dégustation du couscous au thapsia et d’une exposition-vente de produits du terroir, comme le miel, les figues sèches et la poterie, les organisateurs ont organisé une conférence sur le patrimoine immatériel de la région. Une visite de l’ancien village, construit selon l’architecture typique de la Kabylie, a été aussi au programme.
B Mouhoub.