Accueil Bgayet Insuffisances dans les services névralgiques

AÏT R'ZINE - Polyclinique de Guendouz

Insuffisances dans les services névralgiques

99

Rien ne semble s’améliorer à la polyclinique de Guendouz, chef-lieu communal d’Aït R’zine.

Cette structure sanitaire, sise à la lisière de la RN106, est dépourvue de beaucoup de services névralgiques qui font que les soins laissent à désirer. Tout d’abord, les citoyens de cette localité, dont le nombre est estimé à près de 20 000 habitants, déplorent l’absence d’un point d’urgence dans ladite polyclinique.

Les cas nécessitant des soins urgents sont acheminés, par voie de conséquence, vers les urgences de l’hôpital d’Akbou avec à la clé la distance et les embouteillages comme supplices supplémentaires aux accompagnateurs du malade.

L’autre défection à trait à l’inexistence d’un laboratoire d’analyses médicales au niveau de cette structure. Un problème de plus pour les habitants de cette commune lesquels se voient obligés de se déplacer jusqu’à la polyclinique d’Ighil Ali ou l’EPSP de Tazmalt et autres laboratoires privés pour les besoins des analyses médicales avec les frais de transport et autres charges liées à ces déplacements.

En revanche s’agissant de la radiologie, ce point crucial continue de susciter les interrogations des citoyens de cette localité, en ce sens que le matériel existe mais il manque un radiologue.

Cette situation excède à chaque fois les patients qui doivent passer des examens de radio. « C’est à n’y rien comprendre. Dans cette polyclinique, il y a tout le matériel nécessaire de la radiologie, mais il manque toujours un manipulateur. Cette situation rocambolesque dure maintenant depuis des années sans que la direction de la santé n’apporte une solution », fulmine un patient.

D’autres services y brillent aussi par leur absence dans cette structure sanitaire qui n’a de polyclinique que le nom. À l’image des médecins spécialistes qui n’y officient guère. La population locale consulte beaucoup plus les spécialistes comme les diabétologues, les rhumatologues, les pédiatres et les cardiologues, mais force est de constater que ces spécialistes n’officient pas au niveau de cette polyclinique. L’autre incongruité relevée à trait, quant à elle, aux horaires de fonctionnement de cette structure, laquelle ouvre à 8h du matin pour fermer vers 18h, ce qui n’arrange guère les habitants.
Syphax Y.