Accueil Bgayet La «blue tongue», vous connaissez ?

Tamokra - Campagne de prévention de la DSA

La «blue tongue», vous connaissez ?

191

Dans le cadre des opérations de lutte contre les maladies frappant le cheptel, la Direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Béjaïa a mis les bouchées doubles pour sensibiliser les éleveurs. Il s’agit surtout d’informer ces derniers sur la maladie de la langue bleue ou «Blue tongue», connue également sous le nom de fièvre catarrhale ovine. Ce faisant, les APC ont été destinataires d’un courrier émanant de la DSA, les invitant à informer les éleveurs de leurs communes respectives sur la nécessité de prendre les mesures adéquates à dessein de se prémunir contre l’éventuelle apparition de cette maladie.

Pour ce faire, les services du bureau d’hygiène de Tamokra ont lancé, cette semaine, une campagne d’information et de sensibilisation à travers toutes les localités relevant de la commune. Ainsi, à travers de nombreuses affiches placardées ici et là, les éleveurs ont été invités à se rapprocher des services d’hygiène, en cas de découverte d’animaux atteints par cette maladie. Les bergeries sont donc ciblées par une série de mesures prophylactiques que les éleveurs sont tenus d’observer scrupuleusement pour prémunir leur cheptel d’une éventuelle contamination.

L’instruction, adressée aux propriétaires de lieux d’élevage par le biais de la collectivité locale, préconise le respect rigoureux des normes d’hygiène, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ces exploitations. Une autre recommandation a trait à l’élimination des amas de fumier se trouvant aux alentours, car les déjections animales représentent un foyer pour l’agent pathogène véhiculant la «Blue tongue». Pour rappel, cette maladie se transmet au cheptel (bovin, ovin, caprin) par la piqûre d’un moustique.

Elle se caractérise par des aphtes au niveau de la bouche de l’animal infecté et une langue rougeâtre puis bleuâtre, en phase finale, empêchant l’animal de s’alimenter, avant de mourir de faim. Si, habituellement, le virus affecte particulièrement les ovins, il peut aussi toucher les bovins. Quant aux symptômes, selon les spécialistes et vétérinaires, il est question de : fièvre, salivation excessive, atteinte des muqueuses et langue enflée, colorée en bleue pour certains animaux. C’est une pathologie virale non contagieuse touchant les ruminants et les camélidés.

Elle se transmet par des insectes piqueurs (vecteurs). Selon les vétérinaires, elle n’a aucune incidence sur l’homme, car elle est strictement animale. Et parmi les dégâts qu’elle peut occasionner sur le cheptel, on compte : le retard de croissance chez les animaux malades, la mort de certains d’entre eux et des avortements chez les femelles infectées. Même si la vaccination demeure la méthode la plus efficace de lutte contre cette pathologie, il n’en demeure pas moins que la prévention est également très indiquée et à moindre coût par rapport à la première.

Bachir Djaider