Accueil Bgayet La canalisation a porté ses fruits

TAZMALT - Oued Allaghane

La canalisation a porté ses fruits

74

La localité d’Allaghane, située à 5 km du chef-lieu de Tazmalt, s’étend sur une vaste plaine fertile plantée en majorité d’oliviers. On y trouve aussi une ferme pilote, dotée d’un verger oléicole vaste. Cette bourgade, habitée par environ 1 500 âmes, est située en zone inondable, à cause des multiples ravins qui la parcourent et qui charrient les torrents à chaque tombée de la pluie.

Les eaux des ruisseaux et autres rigoles, qui dévalent des hauteurs d’Ath Mellikèche, finissaient à chaque pluie diluvienne par inonder cette localité, traversée par la RN26, en butte également aux inondations. Cette situation, qui a causé d’innombrables désagréments aux habitants, notamment aux propriétaires de commerces, d’ateliers de mécanique et de fabriques de matériaux de construction, avait contraint les pouvoirs publics à lancer un projet consistant en la canalisation de l’oued Allaghane, l’un des affluents de l’oued Assif Aâbbas (Sahel).

Un cours d’eau qui est derrière les inondations que connaît, à chaque tombée de pluies diluviennes, cette localité. Néanmoins, ce projet, lancé vers la moitié des années 2000, a traîné pendant plus d’une dizaine d’années, à cause d’oppositions terriennes, avant de connaître son épilogue récemment. En effet, le gabionnage et l’aménagement du lit et des berges de l’oued, sur environ 2 km, a enfin porté ses fruits à la faveur de la livraison des travaux.

Les conséquences directes de cette réalisation ont été constatées sur le terrain par la population locale avec la diminution palpable des inondations, qui touchaient à chaque fois la localité. Les eaux pluviales qui dévalent à flots des hauteurs d’Ath Mellikèche coulent à présent dans le lit canalisé de cet oued, en épargnant les terres agricoles et les habitations limitrophes. «L’oued Allaghane a été enfin canalisé. Ce cours d’eau inondait le village à chaque intempérie, ce qui causait des dégâts incommensurables aux oliveraies, aux habitations et aux commerces», constate, satisfait, l’un des habitants de ce village rural.

S. Y.