Accueil Bgayet La cantine, un éternel chantier

AMIZOUR - École Tala Amar

La cantine, un éternel chantier

89

Par l’entremise d’une action caritative sous forme d’un fonds de dotation, le projet d’une cantine scolaire au profit de l’école primaire du village Tala Amar dans la commune d’Amizour a pu voir le jour. Les parents d’élèves, qui ont assuré de leur gratitude les donateurs, n’ont pas tari d’éloges à l’endroit de leurs personnes et de leur œuvre caritative, dont ils mesurent la portée et l’incidence sur la scolarité de leur progéniture. Passé l’euphorie, place à la concrétisation du projet que tout le monde a vivement appelé de ses vœux.

Sa livraison était prévue pour le mois de novembre 2018, selon certains parents d’élèves. Près d’une année après cette échéance convenue, le projet est toujours en chantier. Une situation qui a fait trépigner de colère les parents. Pour exprimer leur mécontentement, ils ont retenu leurs enfants à la maison l’espace d’une journée. C’était au début de la semaine dernière. A travers cette action et d’autres sorties médiatiques, confient-ils, ils ont tenu à exiger l’accélération des travaux et la sécurisation du chantier. «Nos enfants sont doublement pénalisés. Non seulement les repas ne seront pas servis de sitôt, mais ils sont en outre exposés à un danger permanent, en raison des matériaux de construction qui trainent dans la cours», peste un parent d’élève qui soulève, par ailleurs, les conditions d’hygiène «déplorables» à l’intérieur de l’établissement primaire. «C’est aberrant d’installer un chantier de construction à l’intérieur d’une enceinte éducative.

Les travaux qui ne sont, du reste, exécutés que par intermittence, perturbent le déroulement des cours. Pourquoi ne pas intervenir durant les vacances scolaires ?», s’interroge un autre parent d’élève de Tala Amar.

N. M.