Accueil Bgayet La voix de l’enfant retentit à Accra

Mouvement associatif - Au 3e atelier de l'Union africaine (Cieffa)

La voix de l’enfant retentit à Accra

140

L’association La Voix de l’enfant de Béjaïa a pris part, la semaine dernière à Accra (Ghana), au 3e atelier de renforcement des capacités des jeunes dans le domaine de l’éducation. La présidente de cette association, Zineb Ayadi, a indiqué à ce sujet : «J’ai été désignée pour intervenir à cet atelier, dont la thématique est «Dynamiques et facteurs ayant une influence sur les objectifs éducatifs et professionnels des filles et des femmes, afin d’éclaircir le système éducatif et l’inclusion du genre en Algérie, en tant que représentante de «La voix de l’enfant» mais aussi comme unique représentante de l’Algérie.

Ce fut l’occasion de présenter le modèle algérien sur l’inclusion des filles et des femmes dans la société.» A noter que ce 3e atelier a regroupé environ 52 participantes et participants venus de 48 pays africains. «Les participants de différents pays d’Afrique ont été surpris de savoir que l’Algérie encourage l’éducation, en garantissant la gratuité des études de l’école primaire à l’université, tout en assurant des mini-primes aux parents issus de milieux défavorisés pour l’achat des affaires scolaires, en plus du transport scolaire à tous les niveaux.

Cependant, la gratuité ne garantit pas toujours la qualité. Et c’est là où notre point faible fait surface. Encore plus grave, face à l’augmentation de la pauvreté, nous sommes face à un phénomène qui refait surface chez nous. Il s’agit du mariage des mineurs, où quelques familles pauvres préfèrent encourager leurs filles à se marier au lieu de les encourager à continuer leurs études et à aller à l’université», a ajouté notre interlocutrice. Il est à rappeler que des ateliers portant sur l’intégration des filles ont été organisés.

En outre, les participants ont pu partager leurs points de vue et leurs expériences sur la dynamique et les facteurs qui influencent les objectifs éducatifs et de carrière des filles et des femmes. De ce fait, ils préconisent un environnement de soutien aux niveaux national, local et familial, qui est essentiel pour l’accès et la rétention des filles dans les écoles. Cette rencontre africaine a été ouverte par l’adjointe du ministre ghanéen de l’Éducation, pour rappel. Créée en 2014, l’association «La voix de l’enfant» de la wilaya de Béjaïa vise à promouvoir les droits de l’enfant et l’aider à prospérer, a-t-on fait savoir.

Achour Hammouche