Accueil Bgayet L’aménagement urbain patauge

Boudjellil

L’aménagement urbain patauge

86

Le chef-lieu municipal de Boudjellil, situé à 87 kms au Sud-ouest de Béjaïa, accuse des déficits palpables en aménagement urbain. Si la rue principale est plus ou moins aménagée avec des trottoirs, des candélabres et des caniveaux, il n’en est malheureusement pas le cas pour le reste des quartiers, lesquels sont en proie à des carences en aménagement. Plusieurs endroits habités de ce village, qui compte près de 6 000 habitants, ne sont pas réhabilités, ce qui n’arrange guère les choses pour les résidents contraints de faire avec des déficits qui leur tient la dragée haute.

Manque de bétonnage par-ci, absence de trottoirs par-là, ou encore insuffisance de l’éclairage, les carences sont multiples et le cadre de vie continue de se dégrader malheureusement. Si certains tronçons internes de ce village ont été réhabilités, il n’en est malheureusement pas encore le cas pour d’autres.

Le village s’agrandit et connait une extension urbaine effrénée, mais les commodités et autres réseaux divers ne suivent pas ces nouveaux pâtés de maisons qui «poussent» à tout bout de champs, et en un laps de temps très court, dénotant de ce besoin d’espace qu’éprouvent les familles boudjelliloises.

Les besoins exprimés en matière d’aménagement urbain sont énormes et demandent des enveloppes budgétaires colossales. Cette situation met la population locale dans l’expectative, en espérant qu’un jour la commune, particulièrement le chef-lieu municipal de Boudjellil, bénéficie d’un plan de développement pour en finir avec ces carences qui mènent la vie dure aux habitants.

Ces derniers jours, deux opérations ont été exécutées consistant en le bitumage de deux accès internes de Boudjellil. Il s’agit de Tizerarine et Ichoukar. Ces endroits habités ont, donc, bénéficié de travaux de bitumage sur plusieurs centaines de mètres linéaires. Néanmoins, le tronçon d’Ichoukar, qui a été goudronné récemment, a fait couler beaucoup de salives localement, étant donné que ce chemin vicinal communique avec la ville de Tazmalt via un ponceau enjambant l’oued Assif Aâbbas et qui, en fait, se trouve coupé à la circulation depuis des semaines à cause de la forte crue de l’oued Assif Abbas.

S. Y.