Accueil A la une L’APC interpelle la DSP

Aït Smaïl - Manque de moyens à la polyclinique de Tizwal

L’APC interpelle la DSP

744

Les malades, qui subissent les affres engendrés par le manque de moyens à la polyclinique de Tizwal dans la commune d’Aït Smaïl, continuent d’espérer qu’elle va enregistrer une avancée, en termes de développement et de prestations. En effet, cette infrastructure de santé de proximité, l’unique dans la commune, souffre d’un manque flagrant en plusieurs moyens logistiques depuis des années, ce qui contraint les citoyens à parcourir de longues distances, vers Kherrata ou Amridj, afin d’être bien pris en charge.

Même le personnel qui y travaille affirme que la polyclinique est en état de dégradation et est loin de répondre aux normes, en dépit de tous les efforts consentis par l’effectif médical et les autorités communales. Et bien qu’un service des urgences y soit ouvert de 8h00 à 16h30, depuis un an, les habitants réclament avec insistance qu’il le soit H24. D’autres insuffisances sont également signalées, comme la dégradation de cette infrastructure, dont les divers travaux de réfection ont été estimés à 10 500 000 DA.

L’extension avec deux logements supplémentaires pour les médecins est aussi attendue depuis la visite du wali, en décembre 2018. L’autre point, qui n’est pas des moindres, est le manque d’effectif médical. Le renforcement de ce corps a toujours été réclamé par les citoyens, qui pâtissent de cette situation. D’autres moyens sont également réclamés, à savoir : un groupe électrogène, des chariots d’urgence avec ballonnets à oxygène et des lits adéquats.

«Il faut le dire, notre polyclinique est loin de satisfaire la demande à cause de plusieurs insuffisances flagrantes que tout le monde a constatées. Les autorités concernées doivent agir pour mettre fin aux souffrances de milliers de citoyens. Nous venons d’adresser un autre courrier à la Direction de la santé. Espérons qu’il y aura un changement cette fois-ci», a indiqué un élu communal.

M. K.