Accueil Bgayet Le centre culturel et la bibliothèque inopérants

Aït R’Zine

Le centre culturel et la bibliothèque inopérants

53

Le chef-lieu communal d’Aït R’zine, dans la région des Ath Abbas, dispose d’un bon nombre de structures dédiées à la masse juvénile. En effet, Guendouz, puisque c’est de lui qu’il s’agit, dispose, en sus d’un stade et d’une voûte communale, de trois équipements publics culturels.

Il s’agit d’une maison de jeunes, un centre culturel et une bibliothèque municipale. Si la maison de jeunes fonctionne le plus normalement du monde avec un personnel présent sur les lieux, des équipements pour les diverses activités culturelles et de loisirs, il n’en est malheureusement pas le cas pour les deux autres structures précitées. Effectivement, le centre culturel et la bibliothèque communale, bien que réceptionnés il y a belle lurette, se trouvent désespérément fermés à la face des jeunes de la localité et ce pour diverses raisons, indiquent des sources locales.

S’agissant du cas du centre culturel, selon nos sources, il existe un «vieux» litige entre l’APC et le propriétaire du terrain sur lequel est bâtie cette structure qui fait que cet imbroglio ne soit pas levé pour permettre la gestion dudit centre au profit des jeunes de la localité. Et nonobstant cela, ledit centre culturel ouvre ses portes en de rares occasions pour, par exemple, célébrer des Journées nationales ou mondiales où abriter des conférences et autres communications. Aussi, quelques activités culturelles sporadiques y sont animées mais pas plus.

Le problème demeure toujours entier et cela n’arrange guère les affaires des jeunes et du mouvement associatif local dont les associations ne trouvent même pas de locaux pour exercer leurs activités. Pour ce qui est de la bibliothèque communale, celle-ci bien que livrée depuis des années et pourvue en matériel, n’arrive pas à être mise en service à cause de l’absence du personnel qualifié comme les bibliothécaires, les animateurs et autres.

L’APC a sollicité, maintes fois, la wilaya pour la mobilisation de postes budgétaires pour faire fonctionner la structure mais «cette doléance continue de trainer», regrette-t-on. Néanmoins, la structure n’a pas fermé pour autant carrément ses portes, car elle est ouverte pour les élèves des différents cycles de l’éducation pour leur permettre de réviser et de préparer les examens de fin d’année. Cependant, elle demeure inaccessible au grand public.

S. Y.